•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les abonnements payants à Spotify explosent, tout comme ses profits

Un écran montrant le logo de Spotify sous le toit d'un chic immeuble new-yorkais.

Spotify n'a jamais eu autant d'abonnés à son service « premium », et les actionnaires en sont ravis.

Photo : Reuters / Lucas Jackson

Radio-Canada

Au moment où les artistes québécois demandent aux géants du web de faire leur part en rémunérant mieux les producteurs de contenus, Spotify annonce que ses abonnements payants grimpent plus vite que prévu... et que ses bénéfices ont plus que quintuplé depuis l'an dernier. Le cours de l'action a aussitôt bondi à la Bourse de New York.

Le groupe suédois, qui a présenté lundi ses résultats financiers au troisième trimestre, a légèrement dépassé les attentes de Wall Street en dévoilant notamment qu'il comptait maintenant 113 millions d'abonnés au service « premium », soit une hausse de 26 millions (31 %) depuis l'an dernier.

Il a aussi fait savoir que son bénéfice net avait atteint 267 millions de dollars américains (349 M$ CA), alors qu'il n'avait été « que » de 48 millions de dollars américains (62 M$ CA) pour la même période l'an dernier.

Le titre de Spotify Technology SA – qui a sous-performé depuis le début de l'année à Wall Street – gagnait plus de 14 % à la Bourse de New York un peu avant 13 h, lundi.

Course aux abonnements

Spotify, qui a fait son entrée en bourse en avril 2018, demeure le service de musique en continu le plus populaire au monde, suivi d'Apple Music. Son nombre d'abonnements payants demeure toutefois en deçà de celui de Netflix, qui compte 158 millions d'abonnés à sa chaîne de films et de séries télévisées.

Les résultats de Spotify au troisième trimestre, aussi surprenants que spectaculaires, sont annoncés au lendemain d'une sortie virulente de Pierre Lapointe, qui a profité du gala de l'ADISQ, dimanche soir, pour exiger que les géants du web paient leur juste part d'impôt afin que les créateurs de contenus artistiques puissent profiter eux aussi de la manne numérique.

Le Parti libéral du Canada, qui a été réélu à la tête d'un gouvernement minoritaire la semaine dernière, s'est engagé à apporter des changements le 1er avril prochain. Le nouveau système fiscal qui sera mis en place sera inspiré du modèle français, a promis son chef Justin Trudeau en campagne électorale.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Économie