•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rona : François Legault ne s’excusera pas

La devanture d'un magasin Rona l'entrepôt.

L'entreprise américaine Lowe’s possède Rona depuis 2016.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec a été clair, dimanche, quant à savoir s’il allait offrir ses excuses aux propriétaires de quincaillerie Rona de la province. « Je ne vois pas pourquoi je m’excuserais », a tranché François Legault.

Mardi, l’entreprise américaine qui possède Rona depuis 2016, Lowe’s, a licencié 60 employés de son service de comptabilité de Boucherville, en Montérégie. Les emplois seront transférés vers le siège social de l’entreprise en Caroline du Nord.

Cette nouvelle faisait suite aux informations de TVA Nouvelles publiées le 16 octobre et selon lesquelles Lowe’s s’apprête à transférer du Québec vers l’Inde la quasi-totalité des emplois en technologie de l’information de l’entreprise.

Mercredi, le premier ministre Legault et son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, ont remis en question la transparence de l’entreprise. À cette occasion, M. Legault a dit qu’il « essaie d’acheter québécois dans des magasins québécois ». « Moi, j'irais ailleurs », a pour sa part lancé M. Fitzgibbon.

Ils se sont ensuite défendus d'appeler au boycottage de Rona, mais des propriétaires de quincailleries affiliées à Rona ont dénoncé leurs propos, qui « ont donné un coup de massue sur le cœur des marchands affiliés ».

Certains de ces détaillants ont accusé les élus de « ne plus encourager nos entrepreneurs du Québec » et ont demandé des excuses au premier ministre, ce qu'ils n'obtiendront vraisemblablement pas.

Chez Rona, il y a des magasins qui appartiennent à des Québécois et des produits qui sont Québécois. Donc, il faut faire la part des choses, a précisé François Legault, dimanche, tandis qu’il présentait sa candidate pour l’élection partielle du 2 décembre dans Jean-Talon, à Québec.

C’est sûr que Rona-Lowe’s, il y a des produits achetés au Québec, mais il y a des produits qui sont achetés [ailleurs] via Lowe’s, a déclaré le premier ministre.

Concernant les marchands, il y en a qui sont des franchisés, et il y en a qui appartiennent à Lowe’s. Donc, les marchands indépendants, évidemment, ont des employés [québécois] et sont des entrepreneurs québécois. Il faut être prudent quand on dit qu’il faut prendre des marchands québécois et acheter des produits québécois. Ça peut vouloir dire dans certains cas acheter chez Rona.

En plus de magasins à grande surface et d'établissements franchisés, le réseau de Rona et Lowe's compte environ 150 détaillants indépendants.

L'Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), qui regroupe environ 1000 marchands de nombreuses enseignes, dont Rona, ainsi que des distributeurs et des fabricants de quincaillerie et de matériaux de construction, s'était montrée tout aussi préoccupée.

Son président et chef de la direction, Richard Darveau, a dit que les marchands indépendants Rona se sentaient « pris en otage » dans un débat dans lequel ils n'ont rien à voir.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique