•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 ans depuis la crise du H1N1 : où en est la grippe?

Un panneau indiquant plusieurs consignes à suivre pour éviter la contamination du virus de la grippe.

Un panneau indiquant plusieurs consignes à suivre pour éviter la contamination du virus de la grippe.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

En 2009, la planète est frappé par l’arrivée de la grippe H1N1 qui a touché de nombreuses personnes. Au Canada, ce sont plus de 40 000 cas de grippe qui sont rapportés cette année-là, sans parler des 428 décès.

Où en sont les scientifiques avec les vaccins pour la grippe, 10 ans plus tard?

La journaliste de RDI Geneviève Murchison est en direct devant la clinique de vaccination de la grippe H1N1 de Saint-Boniface.

La journaliste de RDI Geneviève Murchison est en direct devant la clinique de vaccination de la grippe H1N1 de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Sur la bonne voie, croit le Dr Richard Garceau, microbiologiste et infectiologue pour le réseau de santé Vitalité, bien « que la vaccination a connu ses hauts et ses bas ».

« Je vous dirais que dans les deux dernières années, c’est beaucoup mieux. L’année passée, le vaccin était considéré comme passablement efficace. C’est beaucoup mieux qu’il y a trois ou quatre ans, où c’était de 0 à 20 pour cent d’efficacité », explique le Dr Garceau.

Les vaccins antigrippaux, bien qu’ils soient conçus et distribués depuis plusieurs années déjà, ne sont pas une science exacte.

Dr Richard Garceau explique que chaque année, on essaie de trouver quelle souche du virus influenza arrivera au pays afin de l’ajouter à la formule des vaccins qui seront plus tard distribués.

Cette année, les vaccins pour la grippe ont été répartis plus tard qu’à l’habitude, justement parce que les scientifiques ne pouvaient pas s’entendre sur quelle souche utiliser.

Une fiolle de vaccin contre la grippe.

Une fiolle de vaccin contre la grippe.

Photo : Radio-Canada / BERT SAVARD

« Faut savoir que le choix de vaccin est basé sur ce qu’on a vu ailleurs cette année-là, c’est comme essayer de prédire l’avenir », souligne le médecin. « Ce n’est pas une science absolument précise, c’est quelque chose qui est basé sur les meilleures évidences. »

Le Dr Richard Garceau est confiant. Les découvertes scientifiques et les études dans le domaine de la vaccination démontrent que l’on est sur la bonne voie. Il croit que d’ici 10 ans, le monde de la médecine pourra proposer un vaccin beaucoup plus efficace que ceux d’aujourd’hui.

« On sait que des groupes dans le monde ont développé des vaccins basés sur des principes différents, qui vont chercher des pièces du virus qui sont normalement cachées au système immunitaire », explique le microbiologiste.

Et la grippe, cette année?

La dernière saison de grippe s’est avérée très tenace au Nouveau-Brunswick. Le Dr Richard Garceau se souvient que les premiers cas de grippe dans la province ont été enregistrés dès les premières semaines d’octobre.

Un malade se mouche

La saison de la grippe atteint normalement son sommet au cours des mois de janvier et février.

Photo : Radio-Canada / CBC

« Ce n’est pas une année où on a eu beaucoup de décès, mais c’est une année où on a eu beaucoup de cas. À ma mémoire, c’est l’année où ç’avait commencé le plus tôt », dit-il.

Mais cette année, toujours pas de signes de l’arrivée de la grippe au Nouveau-Brunswick, ce qui est une bonne nouvelle puisque les vaccins ne sont distribués que depuis vendredi.

« Si on en trouve tout de suite, c’est probablement des gens qui viennent d’ailleurs, qui arrivent de voyage », indique le Dr Garceau. 

Selon un reportage de Michel le samedi

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.