•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump confirme que le chef du groupe armé État islamique est mort

Le reportage de notre correspondant Raphaël Bouvier-Auclair

Photo : Reuters / Jim Bourg

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump confirme que le chef du groupe armé État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, a été tué au cours d’une « dangereuse attaque nocturne » menée par les forces spéciales dans la province d’Idlib, située dans le nord-ouest de la Syrie.

Il est mort comme un chien. Il est mort comme un lâche, a lancé Donald Trump, lors de son allocution depuis la Maison-Blanche dimanche matin, avant de préciser qu'un « grand nombre de combattants djihadistes » ont péri au cours de l'attaque.

Traqué par les forces spéciales aidées de chiens, Abou Bakr Al-Baghdadi s'est réfugié dans un tunnel avec trois de ses enfants et a déclenché sa veste d'explosifs, se tuant ainsi que [ses] trois enfants, a précisé le président américain. L'identité d'Al-Baghdadi a pu être confirmée par un test d'ADN réalisé sur place.

Il est mort après avoir couru dans un tunnel sans issue, gémissant, pleurant et criant, a affirmé le président républicain. Son corps a été mutilé par l'explosion, a-t-il précisé.

L'homme le plus recherché du monde, considéré comme responsable de multiples exactions et atrocités en Irak et en Syrie et d'attentats sanglants dans plusieurs pays, avait été plusieurs fois annoncé mort ces dernières années.

Donald Trump, qui a assisté à l'assaut en direct de la Maison-Blanche, a insisté sur le « succès incroyable » de cette mission, qui constituait la priorité de son administration en matière de sécurité nationale. Il a également avancé qu'il s'agissait d'une nouvelle de « plus grande envergure » que la mort d'Oussama ben Laden en 2011 sous l'administration de Barack Obama.

Aucun militaire américain n'aurait perdu la vie dans le cadre de l'opération, a précisé M. Trump.

La planification du raid a débuté il y a deux semaines, a ajouté le président, après l'obtention d'informations sur la localisation du chef terroriste. Le président américain a expliqué avoir approuvé cette attaque presque une semaine avant qu’elle n'ait lieu.

Huit hélicoptères militaires ont survolé pendant plus d'une heure la zone contrôlée par les forces russes et syriennes avant de se poser au sol, en essuyant des tirs. Lors de son allocution télévisée, il a notamment remercié la Russie, la Turquie, la Syrie, l'Irak et les Kurdes.

Tout d’abord lancée par Newsweek, la nouvelle avait été rapportée samedi soir par plusieurs médias américains, dont CNN, ABC News et NBC News. Samedi soir, le président avait d'ailleurs tweeté que quelque chose de majeur venait de se passer sans toutefois donner plus de détails.

Image de Abou Bakr Al-Baghdadi tirée de la vidéo diffusée sur un site lié à l'État islamique.

Image de Abou Bakr Al-Baghdadi tirée de la vidéo diffusée sur un site lié à l'État islamique.

Photo : The Associated Press

Par ailleurs, bien que les principaux élus démocrates n'aient pas été informés de la tenue de cette opération par Donald Trump, la présidente de la Chambre des représentants et figure de proue du Parti démocrate, Nancy Pelosi, a tenu à saluer dimanche « l'héroïsme, le dévouement et les compétences » des militaires et professionnels du renseignement américain.

Le bureau de Nancy Pelosi avait notamment confirmé à CNN qu'« aucun avis n'avait été donné avant l’attaque ».

L'annonce de la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi pourrait bien donner un nouvel élan à la popularité de Donald Trump, embourbé dans des procédures de destitution. Sa décision de retirer les troupes américaines du nord-est de la Syrie avait été critiquée tant par des démocrates que des républicains, craignant que le groupe armé État islamique ne regagne du terrain.

Un travail conjoint avec le renseignement américain

Les autorités irakiennes ont confirmé dimanche avoir fourni la localisation du chef du groupe djihadiste aux troupes américaines.

Une section spécialisée a travaillé pendant un an et le renseignement national a pu localiser le repaire d'Al-Baghdadi, indique un communiqué du commandement militaire irakien.

Samedi soir, une vidéo de l'opération a été diffusée sur la chaîne de télévision d’État irakienne.

Le président turc Recep Tayyip Ergodan a également réagi dimanche à la mort du chef de l'El, en indiquant qu'elle marquait un tournant décisif dans la lutte conjointe contre le terrorisme.

Du côté des forces kurdes, partenaires de Washington dans la lutte contre l'EI, le commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mazloum Abdi, a salué sur Twitter une « opération historique réussie », résultant d’un travail conjoint avec les services d’intelligence américains. Mais il a toutefois mentionné redouter des représailles de la part du groupe armé État islamique.

Les cellules dormantes vont venger Al-Baghdadi. Donc, on s'attend à tout, y compris à des attaques contre les prisons gérées par les forces kurdes, où sont détenus des milliers de djihadistes, a-t-il illustré.

Des réactions internationales unanimes, sauf du côté russe

Les réactions internationales ne se sont pas fait attendre, notamment en Israël, où le premier ministre Benyamin Nétanyahou a félicité un allié clé du pays.

Je veux féliciter le président Trump pour cet accomplissement impressionnant ayant mené à la mort du chef de l'EI. Cette réussite est une étape importante, mais la bataille continue, a-t-il déclaré, alors qu'il était en visite dans une base militaire israélienne.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a quant à lui souligné qu'il s'agissait d'un moment important dans le combat contre la terreur, mais que la guerre contre le groupe armé État islamique n'est pas encore terminée. Nous travaillerons avec nos partenaires de la coalition pour mettre un terme aux activités meurtrières, barbares de Daech (El) une bonne fois pour toutes, a-t-il mentionné.

Le président français, Emmanuel Macron, a joint sa voix aux autres dirigeants en déclarant que la mort d’Al-Baghdadi était « un coup dur porté contre Daech (El)  ».

Le combat continue avec nos partenaires de la coalition internationale pour que l'organisation terroriste soit définitivement défaite. C'est notre priorité au Levant, a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Mais tandis que les réactions se multiplient pour saluer l'opération américaine, le gouvernement russe reste quant à lui sur sa réserve et met en doute l'annonce présidentielle.

Le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konachenkov, a notamment déclaré dimanche ne pas avoir « d'informations fiables » sur une énième mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi, faisant par ailleurs état de détails contradictoires qui soulèvent des doutes sur la réalité et, surtout, le succès de l'opération américaine.

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a, lui, salué une « étape importante » dans la lutte « contre le terrorisme international ».

Le monde est un endroit plus sécuritaire aujourd’hui, grâce aux efforts des forces armées américaines et aux renseignements obtenus par nos alliés kurdes. Je félicite ceux qui ont su rendre justice aux victimes d’Al-Baghdadi, a pour sa part écrit le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, sur Twitter.

Une première apparition en cinq ans

Fin avril, l’EI a diffusé une première vidéo en cinq ans d’Abou Bakr Al-Baghdadi, un peu plus d’un mois après la chute de son « califat » autoproclamé.

La vidéo n’était pas datée et le lieu de tournage était inconnu, mais Al-Baghdadi y évoquait les attentats de la Pâque catholique contre des églises et des hôtels au Sri Lanka, survenus un peu plus tôt en avril.

Al-Baghdadi, de nationalité irakienne, était un ultraconservateur devenu actif dans l’insurrection islamiste contre les forces américaines à la suite de l’intervention en 2003 qui a renversé le président Saddam Hussein.

Il a notamment été détenu par les forces américaines à la prison irakienne d’Abou Graïb, qui a été connue en raison des abus commis par des soldats américains à l’égard de ses prisonniers.

Par la suite, Al-Baghdadi a joint les rangs d’Al-Qaïda, où il a pris du galon. Ce groupe a fini par rejoindre l'organisation armée État islamique et Al-Baghdadi en est devenu le chef en 2010, à la suite de l’assassinat de son prédécesseur lors d’une opération militaire conjointe américano-irakienne.

L’EI a rapidement pris de l’expansion et, en 2014, Abou Bakr Al-Baghdadi a autoproclamé son « califat » sur de vastes territoires en Irak et en Syrie, au terme d'une offensive de combattants arabes et kurdes soutenus par la coalition internationale.

Déclenchée en 2011, la guerre civile en Syrie a fait plus de 370 000 morts, selon l’ONU.

Syrie : l'engrenage de la guerre
Avec les informations de Agence France-Presse, Newsweek, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International