•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les établissements postsecondaires prennent la mesure des coupes du budget Kenney

Le premier ministre albertain, Jason Kenney (à droite), serre la main du nouveau ministre de l'Éducation supérieure, Demetrios Nicolaides (à gauche), après la prestation de serment à Edmonton, le mardi 30 avril 2019. Les deux hommes en complet regardent la caméra en se serrant la main droite.

Les subventions au budget de fonctionnement des universités albertaines se voient imposer des compressions moyennes de 5% par le ministère de l'Éducation supérieure dirigé par Demetrios Nicolaides.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

Les compressions d’environ 5 % dans l’éducation supérieure annoncées jeudi par le ministre albertain des Finances, Travis Toews, touchent durement les grands établissements, pour qui la coupe budgétaire risque d’atteindre 7,9 %.

Le ministère de l’Éducation supérieure justifie l’ampleur des compressions ainsi imposées au Collège Bow Valley de Calgary et à l’Université MacEwan d’Edmonton en s’appuyant sur les surplus engrangés par les deux établissements et son évaluation de la capacité de ceux-ci à encaisser le coup.

Face à cette fonte de ses subventions, l’Université MacEwan n’a pas tardé à réagir, déclarant par écrit que des mesures seraient prises pour pallier le manque à gagner de 9,1 millions de dollars imposé rétroactivement au 1er avril 2019.

« C’est l’une des plus grosses coupes que notre établissement ait subies en cours d’année », précise l’établissement, ajoutant qu’il s’agit d’un « défi dont les répercussions seront ressenties par l’université entière ».

Les deux plus grands écopent aussi

De leur côté, les deux plus grandes universités de la province se voient imposer une coupe de 6,9 % de leurs subventions.

À l’Université de l’Alberta, ce repli budgétaire fait d’un coup disparaître 44,2 millions de dollars du budget annuel. Quant à l’Université de Calgary, elle voit disparaître 32,9 millions de dollars.

« C’est un montant important », admet le président et vice-chancelier de l’Université de Calgary, Ed McCauley, qui voit également 22 millions de dollars s’envoler de son budget à la suite des coupes au programme provincial d’entretien des infrastructures.

À l’Université Mount Royal, le président Tim Rahilly a fait savoir dans une note interne que les compressions s’élèveront à 3,6 millions de dollars pour les infrastructures et 1,3 million de dollars en subventions liées au fonctionnement de l’établissement.

Ailleurs en province, le budget du Collège Lakeland fond de 2,5 millions de dollars (7,2 %) et celui de l’Institut de technologie du sud de l’Alberta (SAIT), de 8,5 millions de dollars (5,5 %).

Parallèlement, 6 des 26 universités et collèges ne subissent aucune coupe budgétaire, à savoir le Collège de Medicine Hat et les universités Ambrose, Burman, Concordia, St. Mary’s et King’s.

Les compressions imposées aux autres établissements varient de 1,1 % à 3,6 %

Augmentations à prévoir pour les étudiants

Parallèlement aux coupes annoncées dans le financement des universités, le gouvernement Kenney a levé le gel des frais de scolarité, tout en limitant leur hausse à 7 % par année.

Selon le gouvernement, il revient aux établissements postsecondaires de trouver d’autres sources de financement, comme l’augmentation des frais de scolarité et du nombre d’étudiants admis afin d’être moins dépendants des subsides provinciaux.

Le gouvernement provincial prévoit l’adoption d’une nouvelle formule de financement des établissements postsecondaires avant le début de l’année scolaire 2020-2021.

Avec des informations de Michelle Bellefontaine et Helen Pike

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Éducation