•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Migrants morts en Angleterre : le chauffeur du camion accusé d'homicides involontaires

Des policiers s'affairent autour du camion.

Le conducteur du camion, dans lequel les 39 corps sans vie de migrants ont été découverts mercredi, a été inculpé pour 39 homicides involontaires. Il s'agit d'un homme de 25 ans originaire d'Irlande du Nord.

Photo : Reuters / Peter Nicholls

Radio-Canada

Le chauffeur du camion réfrigéré dans lequel 39 migrants ont été trouvés morts mercredi en Angleterre a été accusé d'homicides involontaires.

Il s'agit de Maurice Robinson, âgé de 25 ans, originaire d’Irlande du Nord. Il avait été arrêté alors qu’il était au volant du camion lors de la découverte des corps. Il est aussi accusé de trafic d'êtres humains, d'aide à l'immigration illégale et de blanchiment d'argent.

Le camion a été trouvé mercredi peu avant 1 h 40 (heure locale) par les services de secours, dans une zone industrielle à Grays, dans l'Essex, à environ 35 kilomètres de Londres. Ils y ont alors découvert les corps sans vie de 39 personnes.

Quatre autres personnes ont été arrêtées dans cette affaire, dont la dernière samedi. La police irlandaise a appréhendé à Dublin un homme d'une vingtaine d'années aussi d'Irlande du Nord, qui était recherché par la police d'Essex.

Il s’agit de l'une des affaires de trafic d'êtres humains les plus meurtrières de l'histoire du pays.

Le premier ministre vietnamien ordonne une enquête

Les autorités ont d'abord cru que les 31 hommes et 8 femmes trouvés morts étaient des ressortissants chinois, mais les victimes seraient pour la plupart originaires du Vietnam.

Depuis vendredi, plusieurs familles vietnamiennes ont dit craindre que certains de leurs proches fassent partie des victimes.

Le premier ministre vietnamien, Nguyen Xuan Phuc, a d'ailleurs demandé samedi aux autorités locales d’ouvrir une enquête pour vérifier ces informations. Il a aussi demandé à la police de vérifier l'hypothèse d'un éventuel trafic d'êtres humains.

Les enquêteurs britanniques ont commencé à pratiquer des autopsies vendredi afin de déterminer les causes exactes de la mort des migrants. C’est ensuite que le travail d'identification des corps pourra s’amorcer.

La Chine et le Vietnam collaboreraient étroitement avec les autorités britanniques dans cette affaire, ont affirmé les ambassades des deux pays.

De son côté, la BBC a mentionné qu’une association de Vietnamiens vivant au Royaume-Uni, VietHome, avait reçu les photos d’une vingtaine de Vietnamiens disparus depuis la découverte du camion.

Des familles vietnamiennes inquiètes

Le père Anthony Dang Huu Nam, un prêtre catholique de la ville de Yen Thanh, dans la province de Nghe An, dans le nord du Vietnam, a déclaré être en lien avec des familles de possibles victimes.

Je recueille les coordonnées de toutes les familles de victimes et je vais organiser une cérémonie pour prier pour elles ce soir, a-t-il commenté. C'est une catastrophe pour notre communauté.

Selon lui, d'autres victimes seraient originaires de Ha Tinh, une région voisine qui a vu partir 41 790 personnes au cours des huit premiers mois de 2019. Celles-ci sont parties pour chercher du travail ailleurs, y compris à l'étranger, ont rapporté les médias officiels.

D’après Hoa Nghiem, de l'organisation non gouvernementale vietnamienne Human Rights Space, une femme de 26 ans nommée Pham Thi Tra My, qui est originaire de Ha Tinh, aurait envoyé à sa mère un message texte laissant supposer qu'elle se trouvait dans le camion réfrigéré qui était alors en transit entre la Belgique et la Grande-Bretagne.

Au moins deux autres familles vivant dans le centre du Vietnam ont fait part de leur crainte que leurs enfants aient péri dans le camion. Ils auraient été porteurs de faux passeports chinois.

Nguyen Dinh Gia, le père d'un jeune Vietnamien de 20 ans, a révélé samedi à l'AFP avoir reçu il y a quelques jours un appel qui lui annonçait que son fils était mort en tentant de se rendre au Royaume-Uni.

Son fils lui avait fait part il y a deux semaines de son projet de rejoindre le Royaume-Uni depuis la France, où il vivait illégalement depuis 2018.

Au téléphone, un interlocuteur inconnu s'exprimant en Vietnamien lui aurait dit : J'implore votre pardon, quelque chose d'inattendu s'est produit.

Je me suis écroulé en entendant ça, a dit M. Nguyen à l'AFP. Il semble que mon fils était dans ce camion. Ils sont tous morts.

Beaucoup de migrants cherchent à rejoindre le Royaume-Uni pour travailler dans des bars à ongles ou des fermes illégales de cannabis. Ils ont l’espoir de gagner de l’argent rapidement.

Bon nombre d’entre eux passent par la Russie ou par la Chine, avec de faux papiers, et ce périple peut leur coûter plus de 50 000 $, alors que le revenu moyen au Vietnam est de moins de 2900 $ par an, d’après la Banque mondiale.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Faits divers

International