•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendies en Californie : évacuation de dizaines de milliers de personnes

Dans la nuit, une montagne est ravagée par les flammes. Le vent souffle fort, faisant virevolter des tisons.

Le vent attise les feux de forêt qui font rage dans la région au nord de Los Angeles, en Californie.

Photo : Reuters / Gene Blevins

Agence France-Presse
Mis à jour le 

Quelque 50 000 personnes ont été sommées d'évacuer samedi au nord de San Francisco, en Californie, où les autorités redoutaient que les vents violents attendus dans la soirée attisent encore l'incendie qui fait rage depuis plusieurs jours dans cette zone.

Le Kincade Fire dévore la région viticole du comté de Sonoma près de San Francisco depuis mercredi soir. Plus de 2000 pompiers, appuyés par une vingtaine de bombardiers d'eau et une centaine de camions de pompiers, tentaient de circonscrire ce feu samedi.

Il s'étendait samedi matin sur environ 10 300 hectares (103 kilomètres carrés) et n'était contenu qu'à 10 %. Il a détruit au moins 49 bâtiments, selon les dernières annonces du Cal Fire, le service des pompiers californien, et en menace quelque 23 500 autres.

Nous annonçons l'évacuation d'environ 50 000 personnes, a déclaré le shérif du comté de Sonoma, Mark Essick, lors d'une conférence de presse. Les autorités ont demandé aux personnes concernées d'évacuer immédiatement, et d'être parties pour 16 h, heure locale de cette zone, qui comprend les villes d'Healdsburg et de Windsor, à environ 1 h 30 en voiture de San Francisco.

Un camion de pompier se déplace sur une route qui est à proximité d'un énorme incendie. Les flammes sont plus hautes que le véhicule.

Des milliers de pompiers luttent contre des incendies en Californie.

Photo : Reuters / Gene Blevins

La zone est en alerte rouge à compter de samedi soir, et ce, jusqu'à lundi matin du fait de vents violents, qui rendent les conditions météo extrêmement propices à la propagation rapide des incendies, ont prévenu les services météorologiques, qui parlent d'un événement climatique potentiellement extrême et historique.

Cet épisode semble être le plus fort de cette année et depuis [une série de feux en octobre] 2017, précisent-ils. Les vents ne devraient, selon les météorologues, décroître que dimanche dans l'après-midi.

Des flammes dévorant des maisons avec un vignoble en premier plan.

Les autorités ont fait évacuer la petite ville de Geyserville ainsi que les vignobles qui la bordent.

Photo : afp via getty images / JOSH EDELSON

Le gouverneur de l'État, Gavin Newsom, a appelé sur Twitter les habitants à suivre les instructions des autorités locales. Il s'était rendu sur le terrain la veille et avait assuré à des journalistes avoir vu ce qui ressemblait à une zone de guerre.

Le fournisseur d'électricité Pacific Gas and Electric Company (PG&E) a de son côté annoncé qu'il coupait préventivement le courant à 940 000 foyers à partir de samedi après-midi, dans 36 comtés de cette région, en raison des prévisions annonçant un temps sec, chaud et venteux, un événement climatique qui pourrait être le plus puissant en Californie depuis des décennies. La mesure concernera ainsi plus de deux millions de personnes, selon les médias locaux.

Les autorités locales n'ont pas encore déterminé l'origine du sinistre, mais PG&E a fait état d'un incident sur l'une de ses lignes près du point d'origine du Kincade Fire, seulement sept minutes avant la naissance des flammes, relevaient jeudi soir des médias locaux.

Un sol calciné et fumant avec des arbustes brûlés et des maisons ravagées par le feu.

Les autorités locales n'ont pas encore déterminé l'origine du sinistre, mais la plus grande compagnie d'électricité californienne a fait état d'un incident sur l'une de ses lignes près du point d'origine de l'incendie.

Photo : afp via getty images / JOSH EDELSON

Un autre brasier près de Los Angeles

Les pompiers californiens faisaient dans le même temps face à plusieurs autres incendies. À des centaines de kilomètres plus au sud, un autre brasier, nommé Tick Fire, était contenu à 25 % et s'étendait sur plus de 1800 hectares (18 kilomètres carrés), selon les pompiers samedi matin.

Le feu, qui s'était déclaré jeudi après-midi, menaçait près de 10 000 bâtiments dans cette zone située au nord de Los Angeles.

La plupart des ordres d'évacuations qui avaient été émis dans cette zone, à quelques exceptions près, ont été levés samedi matin, ont annoncé les services du shérif de Los Angeles. Ils touchaient jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Mais avec des rafales à 40 km/h par endroit et des taux d'humidité de l'air toujours bas samedi, les conditions restaient réunies pour favoriser la propagation des feux, ont prévenu les services météorologiques.

Un sac à la main, un homme arpente une rue la nuit, avec à sa gauche des voitures à l'arrêt et en face de lui des immeubles en feu.

De nombreux habitants de Geyserville ont à peine eu le temps de rassembler quelques affaires avant de voir les flammes se propager.

Photo : afp via getty images / JOSH EDELSON

Toutes les écoles de la région avaient fermé leurs portes vendredi. Une autoroute très fréquentée était aussi fermée à la circulation. L'état d'urgence a été déclaré pour le comté de Los Angeles, permettant de débloquer des fonds.

Selon les pompiers, le feu a réduit en cendres au moins neuf bâtiments. Et plus de 1300 soldats du feu, assistés de quatre hélicoptères, luttent toujours contre le Tick Fire.

La saison des incendies fait régulièrement des ravages en Californie. Début novembre 2018, le Camp Fire avait détruit la petite ville de Paradise, dans le nord de l'État, faisant 86 morts et plusieurs dizaines de milliers de déplacés.

Par ailleurs, d'importants incendies se sont également déclarés en Basse-Californie, au Mexique, notamment dans la région de Tecate, frontalière avec les États-Unis. Selon un premier bilan communiqué vendredi soir, ils ont déjà fait trois morts et détruit plus de 150 maisons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International