•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec donne ses directives pour mesurer le plomb dans l'eau des écoles

Le reportage de Michel Marsolais.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada
Mis à jour le 

Les écoles primaires ont jusqu’au 23 juin 2020 pour mesurer la concentration de plomb dans l'eau potable.

Le gouvernement veut aussi que les correctifs à apporter soient définis et amorcés à cette date. Les autres établissements ont quant à eux jusqu’au 1er novembre 2020 pour se conformer à cette directive.

Dans les deux cas, les établissements scolaires doivent « garantir que l'eau mise à la disposition des élèves et du personnel scolaire soit conforme aux normes établies par Santé Canada en matière de concentration de plomb, [soit] cinq microgrammes par litre », selon une lettre datée du 25 octobre et destinée aux directions des commissions scolaires et des établissements d’enseignement.

Dans la missive, le ministère de l’Éducation rappelle que le gouvernement a décidé plus tôt cette semaine d'abaisser la norme de concentration maximale de plomb dans l'eau de 10 à 5 microgrammes par litre.

La lettre est accompagnée d'un autre document donnant les directives à suivre pour effectuer les tests afin d'assurer leur qualité et leur uniformité.

On y apprend que des membres du personnel pourront effectuer les tests, à condition qu'ils soient formés pour le faire. Le cas échéant, les établissements scolaires devront confier ces analyses à un laboratoire agréé.

Les tests pourront être faits à l'aide d'un appareil portatif ou en laboratoire, à partir des échantillons prélevés aux points d'eau utilisés pour la consommation ou la préparation des aliments et boissons.

Les prélèvements se feront lors du premier jet d'eau et 30 secondes après l'écoulement de l'eau.

Selon les résultats obtenus, la fontaine, le robinet ou la tuyauterie immédiate pourront être remplacés. Si la concentration de plomb est trop importante, le point d'eau devra être condamné. Les écoles pourront aussi se doter de pichets et installer des filtres certifiés. La distribution d'eau embouteillée peut être envisagée, mais il doit s'agir d'une mesure temporaire.

En attendant, les établissements devront installer près des fontaines des affiches indiquant qu'il faut faire couler [l'eau] au moins une minute avant de la boire. Ils devront aussi afficher des avis près des lavabos, où il faudra faire couler [l'eau] au moins cinq minutes avant de l'utiliser, et y mentionner que l'eau des lavabos des toilettes et des vestiaires ne peut être utilisée que pour se laver les mains.

Les commissions scolaires devront par ailleurs assumer les coûts des tests et des correctifs, puisque les mesures de Québec ne sont pas accompagnées d'une enveloppe additionnelle.

Avec les informations de Mathieu Dion

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé