•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appel à l’unité des francophones hors Québec

Plan large de plusieurs dizaines de personnes assises à des tables rondes dans une salle de conférence écoutant une présentatrice sur l’estrade.

Le congrès se poursuit jusqu’au 26 octobre sous le thème « Prendre notre place : pour l’équivalence réelle en éducation ».

Photo : Radio-Canada

Laïssa Pamou

Des participants au 29e congrès annuel de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) à Winnipeg demandent aux francophones hors Québec de se mobiliser et de travailler ensemble pour bâtir une francophonie canadienne forte.

Lors d’une table ronde à laquelle était invitée la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, les intervenants ont martelé la nécessité de s’affirmer et de s’impliquer au sein des communautés.

« L’implication et l’affirmation sont l’affaire de tout le monde », soutient le député fédéral acadien de la Nouvelle-Écosse, Darrell Samson.

Il affirme que si les citoyens, les organisations se réunissent et travaillent ensemble ils réussiront à influencer les élus.

Mme LeBel a souligné que le gouvernement Legault souhaite soutenir les efforts des francophones hors Québec et aimerait créer des ponts solides entre le Québec et la francophonie ailleurs au pays.

Nous avons intérêt à être soudés. Je suis convaincue qu’une francophonie canadienne forte va servir autant aux Québécois qu’aux francophones hors Québec.

Sonia LeBel, ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne

Elle a rappelé que le Québec a déjà fait de nombreux investissements dans différents organismes francophones et veut aller plus loin en créant un dialogue réel qui permettra à toutes les parties prenantes de la francophonie de s’exprimer.

Le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage, s’est dit heureux de constater que le dialogue entre les diverses communautés francophones canadiennes soit de plus en plus important. Cependant il espère que les grands discours du congrès s’accompagneront d’une réelle mobilisation.

Je pense que ce dialogue c’est bien, mais à un moment donné il faut des actions concrètes, déclare-t-il.

Une francophonie plus proactive

L’ancien député fédéral de Winnipeg Robert-Falcon Ouellette qui prenait part à la table ronde a noté qu’il est primordial d’agir de manière préventive. Il a fait remarquer que souvent les francophones se mobilisent uniquement lorsqu’il y a des compressions budgétaires majeures ou de graves violations de leur droit linguistique. C’est triste, dit-il. On a vu au Manitoba le gouvernement conservateur supprimer des services; les gens ont un peu parlé, mais après plus rien.

Il a également interpellé le gouvernement fédéral en demandant à Ottawa de prendre en considération les problèmes des francophones de l’Ouest, qui constituent selon lui des communautés vivantes et vibrantes. Il ne faut pas juste attendre que ça touche l’Ontario, le Québec et puisse être un peu l’atlantique pour agir, dit-il.

Un avis partagé par le député fédéral acadien de la Nouvelle-Écosse, Darrell Samson, qui a ajouté qu’Ottawa a les moyens et se doit de protéger les droits des francophones partout au pays.

Le gouvernement fédéral a cette responsabilité. C’est bien beau de respecter les juridictions provinciales, mais il doit s’assurer qu’il y a une juste part pour les francophones partout.

Darrell Samson député fédéral acadien de la Nouvelle-Écosse

La députée franco-ontarienne, Amanda Simard, qui prenait également part à la table ronde a indiqué qu’un plus de l’union des citoyens, les élus provinciaux et fédéraux devraient également s’unir, travailler ensemble pour pousser les gouvernements à l’action. Elle est revenue sur l’histoire de l’université francophone de l’Ontario et a affirmé que si le projet va de l’avant, c’est grâce à la contribution du gouvernement fédéral.

En novembre 2018, le gouvernement de Doug Ford a décidé de mettre fin au projet de création de l’Université de l’Ontario français, une décision motivée par les « défis financiers » de la province. Après de longues tractations, le gouvernement fédéral et la province de l’Ontario ont signé officiellement une entente pour son financement plus tôt en octobre.

Avec des informations de Chloé Dioré De Périgny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Droits et libertés