•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de déchets sauvés du dépotoir par des infirmiers de la Mauricie

Des bouteilles de médicaments en plastique.

Du plastique, du verre et du papier seront maintenant recyclés par les infirmiers de l'hôpital de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Anne-Andrée Daneau

Dans les centres hospitaliers, des centaines de bouteilles de plastique, de fioles de verre et de sacs de transport sont utilisés puis jetés, chaque jour. Alors que les initiatives pour sauver la planète se multiplient, des infirmiers de la Mauricie ont décidé de prendre les choses en main et d'instaurer un système de recyclage dans leur département.

Il y a environ un an, Olivier Cloutier, assistant-infirmier-chef en chirurgie à l’hôpital de Trois-Rivières a réalisé que l'étage où il travaillait recyclait très peu. Je me suis dit avec d'autres personnes, il faut faire quelque chose, confie-t-il.

Depuis, tout ce qui peut être recyclé, du plastique au papier, en passant par le verre, est maintenant soigneusement placé dans des bacs et ensuite apporté au centre de tri. Même les piles et les crayons trouvent une deuxième vie.

Un homme montre des bouteilles de plastique

Olivier Cloutier est assistant-infirmier-chef en chirurgie à l’hôpital de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

L’infirmier estime que des milliers de déchets recyclables seront sauvés du dépotoir. Cette initiative en est une pour la planète, mais pourrait à long terme représenter des économies substantielles.

Quand on réutilise les sacs, on sauve de l'argent et cet argent-là, il peut être utilisé dans l'hôpital pour les besoins des patients.

Olivier Cloutier, assistant-infirmier-chef en chirurgie à l’hôpital de Trois-Rivières

Bien sûr, les produits qui sont en contact avec des liquides biologiques et les patients ne peuvent être recyclés et sont incinérés pour éviter les contaminations.

Du département de la chirurgie à la néonatalogie

De son côté, Geneviève Trudel, une infirmière du centre parents-enfant de l'Hôpital de Shawinigan, n'en pouvait plus de voir les bouteilles se multiplier pour soigner les poupons.

Une femme répond aux questions du journaliste

Geneviève Trudel est infirmière au secteur parents-enfant de l'Hôpital de Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

J'ai une famille qui ramenait son recyclage à la maison, se désole-t-elle. Ils ramenaient les bouteilles de lait, parce qu'ils se disaient : ''ça ne se peut pas!''. Moi, je suis allée voir ma chef de service et j'ai aussi dit : ''ça ne se peut pas, faut faire quelque chose!

Des bouteilles de lait maternisé

Des bouteilles de lait maternisé sont utilisées par centaines chaque jour à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada

De plus, les sacs de transport en plastique, utilisés pour toutes sortes de tâches, peuvent facilement être réutilisés. À Shawinigan, au moins 8 000 du genre seront sauvés du dépotoir cette année.

Maintenant, on utilise un petit panier dans lequel on met l'échantillon, explique Geneviève Trudel. Le préposé part avec le petit panier et va le porter au laboratoire, ce qui fait qu'on utilise moins le sac de plastique qui prend 400 ans à se biodégrader.

Les infirmiers espèrent maintenant que d'autres départements, mais surtout que d'autres établissements emboîteront le pas.

Mauricie et Centre du Québec

Environnement