•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beenox célèbre le lancement de Call of Duty : Modern Warfare

Le studio de jeux vidéo Beenox, situé sur le boulevard Charest à Québec

Le studio de jeux vidéo Beenox, situé sur le boulevard Charest à Québec

Photo : Radio-Canada

Jonathan Lavoie

Le studio de jeux vidéo Beenox, situé dans le quartier Saint-Roch, souligne le lancement du 16e jeu de la série Call of Duty, un jeu de tir à la première personne dont la réputation n’est plus à faire à travers le monde.

Le studio de Québec, qui compte maintenant près de 300 employés, collabore à la série depuis maintenant cinq ans.

On joue des rôles de plus en plus importants, on travaille sur des dossiers plus stimulants, s’enthousiasme le directeur créatif Thomas Wilson.

Pour Call of Duty : Modern Warfare, lancé à minuit vendredi, Beenox a surtout travaillé sur les fonctionnalités interplateformes.

Maintenant, quelqu'un qui joue sur son PlayStation 4 ou sur Xbox One, peut aussi jouer contre des joueurs qui jouent PC, explique Thomas Wilson. Nous, on avait ce rôle-là important à jouer, c'est-à-dire que toutes ces machines-là se parlent et que les utilisateurs aient une belle expérience de jeu.

Thomas Wilson, directeur créatif et codirecteur du studio Beenox

Thomas Wilson, directeur créatif et codirecteur du studio Beenox

Photo : Radio-Canada

Les créateurs québécois sont reconnus pour leur créativité et leur talent et moi je pense que c'est quelque chose qui rayonne à l'international.

Thomas Wilson, directeur créatif et codirecteur du studio Beenox

Les nuances des conflits armés

Le jeu qui vient d’être lancé est une réimagination des premiers titres de la série Call of Duty.

En mode histoire, le joueur incarne tour à tour trois personnages. Farah, une jeune femme originaire d’un pays fictif du Moyen-Orient déchiré par la guerre, le soldat britannique Kyle Garrick et le soldat américain Alex, tous farouchement opposés à l’utilisation d’armes chimiques.

C'est un conflit géopolitique moderne, mais avec une histoire quand même moralement complexe, nuance Thomas Wilson. On n'essaie pas ici de dessiner un portrait d'une histoire en noir et blanc, la guerre est tout en tons de gris. On essaie de comprendre un peu les enjeux de chacun des pays qui sont impliqués.

Call of Duty : Modern Warfare a été lancé à minuit dans la nuit de jeudi à vendredi

Call of Duty : Modern Warfare a été lancé à minuit dans la nuit de jeudi à vendredi

Photo : Activision

Call of Duty : Modern Warfare peut se jouer seul, ou encore en ligne dans des parties pouvant regrouper 64 joueurs simultanément.

Notoriété accrue

Thomas Wilson, qui est aussi le codirecteur du studio Beenox, s’estime chanceux de pouvoir travailler sur la série Call of Duty dont les jeux, depuis 2003, ont été vendus à plus de 250 millions d’exemplaires.

La notoriété accrue du studio permet notamment à Beenox de minimiser les effets de la pénurie de main-d’oeuvre qui se font sentir dans la région.

Non seulement ça facilite notre recrutement, ça permet aussi d'attirer des gens de talent, analyse Thomas Wilson

De fil en aiguille, on devient beaucoup plus maître de notre art et ça nous permet de faire des projets qui sont de plus grande qualité, d'un plus grand réalisme et d'une plus grande créativité.

Thomas Wilson, directeur créatif et codirecteur du studio Beenox

Beenox a été acheté par l’entreprise californienne Activision en 2005.

L’an dernier, l’entreprise regroupée sous le nom Activision Blizzard a généré des revenus record de 7,5 milliards de dollars. Elle se classe parmi les plus grandes entreprises de jeux vidéo au monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Divertissement