•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en garde contre un nouveau stratagème de fraude téléphonique

Une femme consulte son téléphone cellulaire.

Les fraudeurs font croire à leurs victimes que leur numéro d'assurance sociale a été compromis.

Photo : getty images/istockphoto

Éric Plouffe

Le Centre antifraude du Canada avise la population d'une nouvelle tendance de fraudeurs; ceux-ci se font passer pour des employés d'organismes gouvernementaux ou prétendent être de la police en usurpant leur numéro de téléphone.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (CPVPC) fait partie des organismes gouvernementaux qui affirment avoir reçu des centaines d'appels depuis le début du mois d'octobre à ce sujet.

Au cours d'une journée, nous avons reçu quelques centaines d'appels concernant cette usurpation, indique dans un courriel Valerie Lawton de la Direction des communications du CPVPC.

On nous a rapporté que les fraudeurs prétendaient que les individus étaient sous enquête et risquaient d'être poursuivis. Ils demandaient ensuite un numéro d'assurance sociale, explique-t-elle.

À l'aide d'une application facile à utiliser, les fraudeurs font apparaître le numéro de téléphone d'un corps policier ou d'un organisme gouvernemental sur l'afficheur de l'appareil des personnes qu'ils contactent.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Sûreté du Québec (SQ) ont aussi reçu des signalements à propos de cette nouvelle fraude téléphonique.

Par communiqué, la SQ indique que, lors d'un appel du fraudeur fait au citoyen, l'afficheur indique un numéro qui correspond à celui d'un poste de police de la Sûreté du Québec.

Dans certains cas, le fraudeur ajoute que le citoyen a été victime de fraude et lui demande d'effectuer un virement dans un compte précis pour protéger son argent, poursuit la SQ.

On voit une partie du site web du Centre antifraude du Canada qui prévient les Canadiens que des fraudeurs ont pu utiliser son numéro de téléphone dans le cadre d'une arnaque.

Le Centre antifraude du Canada prévient sur son site web que des fraudeurs ont pu utiliser son numéro de téléphone pour une arnaque.

Photo : Radio-Canada

Le numéro d'assurance sociale supposément compromis

Le Centre antifraude du Canada, lui-même ciblé dans le stratagème, confirme que certaines des victimes se sont laissé convaincre de verser leur argent aux fraudeurs après s'être fait annoncer que leur numéro d'assurance sociale avait été bloqué, compromis ou suspendu.

Les fraudeurs vont demander essentiellement que [les victimes] vident leur compte bancaire, dit Lisanne Roy Beauchamp, superviseure des opérations du centre d'appel du Centre antifraude du Canada.

Ils vont faire croire qu'ils ont créé un compte sécurisé juste pour eux. Mais c'est une machine Bitcoin. Donc, à ce point-là, ils sont juste en train d'insérer leur argent dans la machine, et ça va à un compte essentiellement relié aux fraudeurs, détaille-t-elle.

Lisanne Roy Beauchamp fait remarquer qu'il est presque impossible de récupérer son argent à partir du moment où les sommes sont transférées aux fraudeurs.

Le Centre antifraude du Canada affirme recevoir des plaintes de partout au pays, autant en français qu'en anglais, et que la majorité des appels proviennent de l'Inde.

Mme Roy Beauchamp précise toutefois que les fraudeurs ont éparpillé leur réseau un peu plus, donc ils peuvent être n'importe où dans le monde parce qu'ils utilisent les services de téléphone par Internet.

Les autorités recommandent de ne pas faire confiance à ce qui est inscrit sur l'afficheur du téléphone. Si une personne reçoit un appel du genre, il lui est conseillé de raccrocher et de trouver le numéro de téléphone de l'organisme en question pour vérifier l'authenticité de l'appel et de la demande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fraude

Économie