•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’accouchements ni de chirurgies à La Pocatière en fin de semaine

L'hôpital Notre-Dame-de-Fatima de La Pocatière

L'hôpital Notre-Dame-de-Fatima de La Pocatière

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après plusieurs sans interruption de service en chirurgie à l’Hôpital Notre-Dame-de-Fatima à La Pocatière, le bloc opératoire est contraint de fermer en fin de semaine, faute de chirurgien disponible.

De vendredi à lundi matin, à 8 h, aucune intervention chirurgicale ne pourra être pratiquée à La Pocatière.

Il sera également impossible d’accoucher à l’Hôpital Notre-Dame-de-Fatima, au cas où une césarienne serait nécessaire. On ne peut pas se permettre de prendre le risque de garder une femme en travail à l’hôpital, affirme la porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud.

Les patients qui auront besoin des soins d'un chirurgien seront transportés vers Rivière-du-Loup.

L'équivalent de six semaines de ruptures possible

La rupture de service est due à l’impossibilité de trouver un médecin dépanneur, en l’absence des deux chirurgiens qui assurent le service dans la région.

Il y a un chirurgien qui fait 26 semaines de garde alors que l’autre fait 20 semaines, donc on a à peu près une cinquantaine de jours à risque de découverture [sic] par années à Notre-Dame-de-Fatima.

Ariane Doucet-Michaud, porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Lorsqu’ils ne peuvent pas être présents, on est obligé de se tourner vers les banques de dépannage en chirurgie, explique Ariane Doucet-Michaud. Malheureusement, pour cette fin de semaine-ci, il n’a pas été possible de trouver un médecin dépanneur qui était disponible.

La porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent précise que la dernière rupture de service en chirurgie remonte au mois de juin à La Pocatière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Établissement de santé