•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appels électoraux frauduleux : Fièrement NB dément les allégations des libéraux

Une jeune tient un cellulaire dans ses mains.

Fièrement Nouveau-Brunswick a publié sur Facebook des publicités contre le Parti libéral et envoyé des messages textes au téléphone de milliers d’électeurs durant les dernières élections.

Photo : Radio-Canada

Marielle Guimond

Les libéraux du Nouveau-Brunswick reprochent à l’organisation de s’être ingérée dans la campagne électorale provinciale de 2018 en effectuant des appels automatisés pour inciter les électeurs à aller voter la mauvaise journée.

Les appels automatisés placés le jour du scrutin montrent que ce groupe n'a aucun respect pour nos lois électorales ou le processus démocratique au Nouveau-Brunswick. Il semble qu'ils aient maintenant enfreint les lois provinciales et fédérales, a déclaré Robert McKee par voie de communiqué.

Le député libéral Robert McKee a déposé une plainte auprès d’Élections Nouveau-Brunswick.

Mais Fièrement Nouveau-Brunswick a démenti ces allégations par écrit, vendredi.

Nous avons énormément de respect pour les lois électorales et nous les avons toujours suivies. Nous avons déclaré et corrigé nous-mêmes le problème informatique rencontré par notre fournisseur de service. Le fait de suggérer que cette problématique était un acte prémédité ou intentionnel est non seulement faux, mais tout à fait malhonnête. Nous sommes fiers de nous battre pour les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises dans le respect des lois, a précisé Connor MacDonald, dirigeant de Fièrement Nouveau-Brunswick.

Les libéraux accusent le groupe d’ingérence politique illégale lors des dernières élections. Ils soutiennent qu’il a violé des lois électorales en procédant à ces appels et en entretenant des liens frôlant la collusion avec des membres du Parti progressiste-conservateur.

Robert McKee.

Robert McKee est député libéral dans Moncton Centre.

Photo : Gracieuseté de Robert McKee

Je suis même prêt à donner le bénéfice du doute au premier ministre lorsqu'il dit qu'il n'avait aucune connaissance personnelle des transactions de Fièrement Nouveau-Brunswick, mais l'affirmation selon laquelle son parti n'a aucun lien avec ce groupe est clairement fausse, défend M. McKee.

Le premier ministre doit dénoncer publiquement leurs activités.

Robert McKee, député libéral Moncton Centre

Lorsque ces allégations ont fait surface, le dirigeant de Fièrement Nouveau-Brunswick, Connor MacDonald, les a rejetées en bloc.

Le groupe défendait alors qu’il n’avait violé aucune loi touchant au financement des partis politiques et qu’il n’avait pas coordonné ses messages avec ceux du Parti progressiste-conservateur lors des élections.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale