•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ancienne prison d’Ottawa : « Ça ne surprend personne que ces fantômes soient ici »

Un édifice de pierre gris sur lequel toutes les fenêtres ont des barreaux.

Les détenus de la prison d'Ottawa avaient commis des délits entraînant une peine d'emprisonnement allant de deux ans à la perpétuité. Quelques-uns ont été condamnés à mort.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Christelle D'Amours

Le 75 de la rue Nicholas, à Ottawa - ici, des centaines d'hommes, de femmes et peut-être même quelques enfants ont été emprisonnés dans des conditions qualifiées « d’inhumaines ». La marche hantée d’Ottawa offre des visites guidées de l’ancienne prison où l’on peut (un peu trop facilement) s’imaginer entendre les lamentations des condamnés à mort, entre quelques cliquetis de portes qui grincent... toutes seules.

Avertissement : ce reportage contient des photos qui pourraient ébranler certaines personnes.

C’est dans ce décor tout ce qu’il y a de plus urbain, où elle est entourée de la Galerie d’art d’Ottawa fraîchement rénovée et d’un centre commercial aussi moderne que carré, que se découpe l’ancienne prison d’Ottawa.

Une porte de fer est ouverte sur un mur de pierre couvert des branches grimpantes d'un arbre en automne.

L'architecture de l'ancienne prison d'Ottawa, construite en 1862, détonne dans le paysage urbain du centre-ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

En entrant, l’atmosphère est lourde. Ça sent l’humidité, le fer, la peur. On ne peut qu’imaginer les bruits qu’on y entendait autrefois : les lourdes portes de métal qui se referment, les pas sur le plancher de bois qui grince. Les sanglots, aussi.

Désormais, c’est le silence qui s’impose. Tout aussi pesant d’inhumanité.

Une rangée de portes de fer noir qui ressortent sur les murs de pierre blancs.

Toutes les portes de la prison sont les originales.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Nous suivons la guide Catherine Raileanu à travers les couloirs de pierres, tantôt suintantes, tantôt ornées d’un graffiti. Ma collègue Jhade Montpetit et moi avançons à petits pas vers la cellule d’isolement avec la drôle d’impression de déranger on ne sait qui.

Le trou

La visite nous mène d’abord dans une « cellule noire », autrefois coupée de toute lumière par une porte de bois massive. Il n’y avait rien, dans ces espaces clos, sauf une chaudière destinée à recevoir les excréments des détenus désobéissants ou considérés comme des dangers pour eux-mêmes ou pour les autres.

Les pires punitions étaient quand les gens étaient attachés par terre avec des chaînes, peut-être même nus.

Catherine Raileanu, guide de La marche hantée d’Ottawa
Une porte à barreaux noirs avec, par terre, des anneaux de métal rouillés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour les prisonniers attachés au sol, le repas d’une quinzaine de minutes était la seule possibilité de se dégourdir un peu.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

L’établissement carcéral, construit en 1862 et fermé en 1972 pour insalubrité, a depuis été converti en auberge jeunesse où les téméraires en quête de frissons peuvent passer la nuit.

C’est dans une cellule étroite comme celle-ci (claustrophobes, s’abstenir!) que les visiteurs s’endorment, à l’endroit exact où s’allongeait jadis un prisonnier.

Le couloir de la mort

L’ancienne prison d’Ottawa était située juste à côté du palais de justice (aujourd’hui la Cour des arts d’Ottawa). Après leur procès, les détenus passaient par un tunnel souterrain pour se rendre au pénitencier.

Les prisonniers n’avaient pas la chance de retourner dehors une dernière fois après avoir entendu leur jugement.

Catherine Raileanu, guide de La marche hantée d’Ottawa

Certains y entraient pour quelques mois seulement. D’autres, pour le reste de leur vie.

Une trappe dans un vieux plancher de bois.

L’escalier, d’où l’on voit dépasser la rampe, est encore praticable aujourd’hui.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Patrick James Whelan est l’un de ces condamnés. Accusé du meurtre du politicien Thomas D'Arcy McGee, il fut pendu le 11 février 1869. Encore aujourd’hui, certains historiens doutent de sa culpabilité.

Les tenanciers de l’auberge suspectent d’ailleurs son âme tourmentée d’épier les visiteurs et d’essayer d’interagir avec eux.

Souvent, les gens qui passent la nuit dans cette auberge vont dire voir quelqu’un dans leur chambre : la figure d’un homme, parfois assis au bout de leur lit, et cet homme semble parfois lire une bible.

Catherine Raileanu, guide de La marche hantée d’Ottawa
Une porte à barreaux de fer derrière laquelle on voit un mur de pierre blanc.

L’entrée du couloir de la mort était verrouillée.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

En entrant dans le « couloir de la mort », la guide s’arrête brusquement. Il y a eu du bruit et je ne sais vraiment pas d'où ça vient, dit-elle, hésitante. Riant nerveusement, Catherine Raileanu avoue qu’elle a eu le souffle coupé durant quelques secondes.

C’est seulement la deuxième fois que j’entends un bruit comme ça, explique-t-elle en désignant un gros verrou de fer. On a entendu la porte de la cellule essayer de s’ouvrir.

Un couloir de prison éclairé d'une lumière rouge.

Le « couloir de la mort » est la rangée de cellules dans lesquelles on plaçait les condamnés sous haute surveillance en attendant leur exécution.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

La cellule numéro 4 était celle de Whelan. Il y a passé ses dernières heures. Acceptait-il son sort ou a-t-il vécu un supplice en attendant d’être exécuté? Juste d’y penser, j’ai la gorge serrée.

Ces petites alvéoles ont dû connaître toute la misère et le désespoir humains, la détresse d’êtres sur qui d’autres avaient pouvoir de vie… et de mort.

Un petit regard furtif et nous ressortons aussitôt, avant qu’un autre loquet de métal ne daigne nous saluer.

La potence

Empruntant le même trajet que les condamnés à mort, Jhade et moi suivons la guide dans un escalier entouré de grillages anti-suicides destinés à empêcher les détenus de sauter ou d’y pousser un garde.

Une cage d'escaliers.

« Beaucoup de gens croient que c’est Patrick J. Whelan qui pourrait hanter cette partie de la prison », explique la guide.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Là, j’ai figé. À travers les barreaux, on entrevoit une corde. « La » corde.

Des frissons jusque dans les os, ma collègue et moi écoutons l’explication de la procédure. Bien que mécanique, elle impose des images.

Le prisonnier était attaché par le cou à une corde, les mains et les bras attachés pour l’empêcher de trop bouger durant son exécution. [...] Le bourreau pesait sur la pédale et la trappe s’ouvrait. Le corps tombait et c’était terminé.

Catherine Raileanu, guide de La marche hantée d’Ottawa
Une porte de barreaux de fer derrière laquelle se trouve une corde avec un noeud coulant.

Cette potence, toujours fonctionnelle, est l’une des dernières qui restent au Canada.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

« Dieu, sauvez l’Irlande et sauvez mon âme », ont été les derniers mots prononcés par Patrick James Whelan avant d’être mis à mort devant une foule de près de 5000 curieux massés malgré une importante tempête de neige sur la colline surplombant la cour extérieure de la prison.

Un mur de pierre en haut duquel une trappe laisse passer un filet de lumière.

On peut voir la lumière poindre à travers des planches de la trappe de la potence.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Sur ces paroles, Jhade et moi en avons eu assez. Nous sommes sorties par la porte donnant directement sous la trappe de pendaison pour retrouver le soleil.

Bien heureuses de passer les grandes portes de l’enceinte pour quitter ces hauts murs, nous nous sommes retournées une dernière fois. Et nous avons eu une pensée pour tous les prisonniers oubliés qui, eux, n’en sont jamais ressortis.

Chargement de l’image

Cette porte de bois s'ouvre sur la cour intérieure de la prison où les détenus faisaient des travaux forcés. Il arrivait rarement qu'ils sortent pour prendre l'air.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Histoire