•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonbons d’Halloween : et si on changeait la coutume?

Un gros ourson orange au milieu de dizaines de petits oursons de toutes les couleurs.

Il est de coutume, à l'Halloween, de faire du porte à porte déguisé pour récolter des friandises.

Photo : https://pixabay.com

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bien que le sucré soit la saveur par excellence de l’Halloween, les idées pour remplacer les friandises habituelles par des solutions de rechange faites maison, moins sucrées et tout aussi attrayantes se multiplient sur le web. Certains spécialistes de la santé et parents prônent une Halloween avec moins de sucre, voire pas du tout.

Depuis quelques années, la naturopathe française et mère de famille Julie Bigot met de l'avant auprès de ses enfants et dans des ateliers ouverts au public des conseils pour des options de confiseries différentes des bonbons traditionnels.

Plusieurs mains mélangent et trempent un morceau de friandise dans une casserole de chocolat.

Atelier de confiseries faites maison que Julie Bigot donne à des mamans accompagnées de leurs enfants.

Photo : Julie Bigot

Elle y enseigne, par exemple, comment préparer facilement des génoises au charbon actif, pour qu’elles soient noires, et choisir une confiture de mangue ou d’abricot.

Mme Bigot estime que, face à l'augmentation importante de la consommation mondiale de produits sucrés ces dernières années, ces propositions permettent d’innover tout en adoptant des habitudes alimentaires plus saines.

Plusieurs barres de noix de coco enrobées de chocolat sur une assiette.

Les barres chocolatées à l'image des marques Bounty et Snickers version maison font aussi partie des spécialités de la cuisinière et naturopathe Julie Bigot.

Photo : Julie Bigot

Mme Bigot reconnaît néanmoins que ces idées s'appliquent surtout à la fabrication en petites quantités, peu idéale pour une distribution à grande échelle.

Apprentissage

L’endocrinologue et chercheur sur le diabète André Carpentier estime pour sa part que l'Halloween est une bonne occasion d’apprendre aux enfants à gérer leur inventaire de friandises et de mettre de l'avant l'idée que avoir du plaisir à une fête peut se faire aussi avec des fruits et des légumes.

On ne devrait pas programmer le plaisir uniquement sur la base de bonbons comme ça, mais essayer d’intégrer des aliments plus santé lors de ce genre de fête.

Une citation de :André Carpentier, titulaire de la Chaire de recherche GSK sur le diabète de l’Université de Sherbrooke

La nutritionniste du centre CIRCUIT, au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Amandine Moukarzel, incite pour sa part les parents à ne pas classer les bonbons comme bons ou mauvais. Mieux vaut catégoriser les aliments comme plus nutritifs que d’autres, selon elle.

Citrouille turquoise

En Amérique du Nord, il est de plus en plus commun de trouver des citrouilles turquoise devant les portes le soir de l’Halloween.

L’idée du Pumpkin Project est d’indiquer les maisons prêtes à offrir d’autres options que des bonbons pour les enfants allergiques.

Selon le site foodallergy.org, 13 pays ont adhéré à cette façon de fêter l'Halloween sans se sucrer le bec en 2016.

Environ 2,6 millions de Canadiennes et de Canadiens sont touchés par les allergies alimentaires, selon Allergies Alimentaires Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !