•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de Moncton : maintenant 16 membres de la GRC poursuivent le gouvernement

Les policiers affirment avoir été mal équipés pour faire face au tireur.

Monument commémoratif en mémoire des 3 gendarmes abattus.

Monument commémoratif en mémoire des 3 gendarmes abattus

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Radio-Canada

La liste des plaignants s’allonge dans la poursuite contre le gouvernement du Canada intentée par des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Il y a maintenant 16 membres de la GRC qui affirment qu’ils étaient mal équipés et mal formés pour neutraliser un tireur en possession d’une arme semi-automatique lors de la fusillade qui a coûté la vie à trois policiers de la GRC le 4 juin 2014 à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Ils affirment que le gouvernement a donc manqué à sa responsabilité, et que le résultat, en plus des pertes de vie humaine et des blessures subies par certains de leurs confrères, a été de multiples cas de dépression, d’anxiété et de syndrome de stress post-traumatique chez les policiers.

Des poursuites avaient été initialement déposées en septembre en Cour du Banc de la Reine, au Nouveau-Brunswick, par les membres de la GRC Martine Benoit, Mathieu Daigle, Shelly Mitchell et Robert Nickerson.

Des 16 plaignants qui se sont manifestés jusqu'ici, 15 sont policiers et l’autre est un membre auxiliaire de la GRC.

Des policiers armés gardent une rue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce sont maintenant 16 membres de la GRC qui poursuivent le gouvernement.

Photo : La Presse canadienne / Marc Grandmaison

En septembre 2017, la GRC a été déclarée coupable d’avoir enfreint le Code canadien du travail relativement à la fusillade de Moncton, après un procès de six semaines. Un tribunal l’a jugée coupable de ne pas avoir fourni à ses policiers à cette occasion l’équipement et la formation appropriés.

Justin Bourque, qui a abattu trois policiers et en a blessé deux autres le 4 juin 2014 à Moncton, purge une sentence d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 75 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites