•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec et Anticosti s'entendent pour protéger les berges de l'île

Des randonneurs se promènent au fond d'un canyon de calcaire

L'île d'Anticosti est traversée par des canyons de plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les députés à l’Assemblée nationale ont demandé au gouvernement caquiste de mettre en place une bande de protection des berges d'Anticosti et de formellement s’engager à protéger l’île située dans le golfe du Saint-Laurent.

Les députés à l’Assemblée nationale ont demandé au gouvernement caquiste de mettre en place une bande de protection des berges d'Anticosti et de formellement s’engager à protéger l’île située dans le golfe du Saint-Laurent.

100 députés sur 125 ont participé au vote sur cette motion, qui a été présentée par la députée libérale Marie Montpetit, une élue de la région de Montréal.

Retenue dans une commission parlementaire, la députée péquiste de la circonscription de Duplessis, Lorraine Richard, n’était pas présente au vote jeudi matin.

Les députés Lorraine Richard et Martin Ouellet

Les députés Lorraine Richard et Martin Ouellet (archives)

Photo : Radio-Canada

Son acolyte sur la Côte-Nord, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, explique que la position de son Parti, qui avait autorisé l’exploration pétrolière sur Anticosti en 2014, a évolué.

On a rapidement compris que pour protéger ce joyau, ce territoire d’exception, il fallait assurément l’extraire à tout problème et à toute situation d’exploitation et d’exploration.

Martin Ouellet, député de René-Lévesque

Une bande d’un kilomètre sera donc protégée tout autour de l’île, mais le maire de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, admet qu’il aurait préféré que deux kilomètres de berges soient préservés.

Il y a une dizaine de jours, John Pineault affirmait que le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs avait refusé son plan de protection du territoire. Il soutenait que le ministre Pierre Dufour ne voulait pas protéger les berges de l’île puisqu’il privilégiait l'industrie forestière au détriment de la candidature de l'île au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il faut dire aussi que c’est une bande protection qui permet évidement la chasse, la pêche, la cueillette, le VTT, etc. Ce qu’on ne permet pas dans cette bande-là, c’est la coupe commerciale de bois et des activités minières.

John Pineault, maire de L'Île-d'Anticosti

Dans ce contexte, John Pineault se dit satisfait, pour le moment, des mesures qui seront mises en place par le ministère. Cette nouvelle protection offre un soutien supplémentaire de Québec dans le dossier de candidature de l’île au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Avec les informations d'Alix-Anne Turcotti

Côte-Nord

Protection des écosystèmes