•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BBC News rend son site disponible sur le dark web pour contrecarrer la censure

Le quartier général de la BBC à Londres.

Le quartier général de la BBC à Londres

Photo : Getty Images / Carl Court

Radio-Canada

BBC News a rendu son site web de nouvelles internationales disponible via le navigateur Tor, un logiciel libre permettant d’accéder au web caché (ou dark web). L’initiative s’inscrit dans une tentative de déjouer la censure imposée à leur population par plusieurs pays, dont la Chine, l’Iran et le Vietnam.

Le terme web caché désigne l’Internet clandestin qui contient des sites invisibles qui se consacrent par exemple à des activités non légitimes, comme la revente de drogues illégales ou la pornographie infantile. Mais ce monde interlope permet aussi de contourner la censure dans certains pays.

Fournir des nouvelles fiables partout dans le monde, la mission de BBC News

La version de BBC News qui se trouve sur le web caché est l’édition internationale du site, c’est-à-dire l’actualité vue de l’extérieur du Royaume-Uni. Elle inclut des services en langue étrangère comme BBC Arabic, BBC Persian et BBC Russian. Les contenus et services réservés au Royaume-Uni ne sont pas offerts, en raison des droits de diffusion. 

Les nouvelles du BBC World Service sont maintenant accessibles sur le réseau Tor pour les auditoires qui habitent dans des pays où l’accès à BBC News est bloqué ou restreint. Cette approche est conforme à la mission du BBC World Service de fournir des nouvelles fiables partout dans le monde. 

La BBC, dans une déclaration sur son site web

Plutôt que de visiter les liens bbc.co.uk/news (Nouvelle fenêtre) ou bbc.com/news (Nouvelle fenêtre), les utilisateurs et utilisatrices de Tor peuvent visiter le nouveau lien bbcnewsv2vjtpsuy.onion (Nouvelle fenêtre), qui ne fonctionne pas sur un navigateur ordinaire.

Le réseau Tor, prix du logiciel libre 2010

Le réseau Tor est souvent associé au web invisible, mais c’est aussi un outil essentiel pour ceux et celles qui veulent préserver leur anonymat en accédant à des sites ordinaires, notamment les militaires, les forces de l’ordre et les journalistes. Il a par ailleurs remporté le prix du logiciel libre décerné par la Free Software Foundation, prix qui a déjà été remis à Wikipédia en 2005. 

À la base, le réseau a été conçu par le Laboratoire de recherche de la marine des États-Unis. Il continue de recevoir du financement de la part du ministère des Affaires étrangères du pays.

Le nom Tor est un acronyme de The Onion Router, ou Le Routeur Onion, ce qui fait référence aux multiples couches de cryptage du réseau.

Le logo de Tor, constitué de la lettre T majuscule, d'un oignon coupé laissant voir ses couches intérieures et de la lettre R minuscule.

Tor offre un anonymat relatif sur le web à ses utilisateurs et utilisatrices, mais son réseau n'est pas infaillible.

Photo : The Tor Project, Inc.

Le navigateur permet donc de masquer qui l’utilise et quelles données sont consultées, grâce à un « circuit en oignon ». 

Pour ce faire, il envoie des données sur Internet via une voie détournée qui implique plusieurs « nodules », c’est-à-dire en utilisant les ordinateurs et les serveurs de volontaires en tant que points de connexion, ce qui rend la personne à l’origine de la requête difficile à identifier. 

Avec les informations de The Verge, et BBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno