•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La renaissance du Bloc québécois se traduira-t-elle par une remontée du PQ?

Le reportage d'Hugo Lavallée

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La renaissance du Bloc québécois (BQ) lors des élections fédérales de lundi suscite beaucoup d’espoir chez les militants et les élus du Parti québécois (PQ), mais les résultats des scrutins fédéraux et provinciaux ne sont pas toujours liés, affirme un politologue.

Dans certaines régions, les militants du Bloc s'impliquent aussi au sein du PQ. Dans Avignon–La-Mitis–Matane–Matapédia, par exemple, les organisations bloquistes et péquistes sont bien imbriquées.

D'ailleurs, la nouvelle députée du Bloc dans cette circonscription, Kristina Michaud, était jusqu'à tout récemment attachée au cabinet du chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé.

Le député péquiste de Matane-Matapédia a même confirmé que sa machine électorale a servi à faire élire la candidate bloquiste.

Des partisans du Bloc rencontrés au rassemblement électoral de Mme Michaud espèrent que la remontée de la formation fédérale ouvrira la voie à la renaissance du PQ.

Or, Louis Massicotte, professeur au Département de science politique à l'Université Laval, n'est pas du même avis. Si le Bloc avait fait campagne uniquement sur la souveraineté, je serais d'accord pour dire que les espoirs du Parti québécois sont fondés, dit-il.

D'autant plus que le Bloc québécois a axé sa campagne sur les revendications nationalistes de la Coalition avenir Québec (CAQ), ajoute-t-il. Une comparaison des résultats de l'élection de lundi et ceux des élections provinciales de l'an passé montre à quel point les gains du Bloc ont été enregistrés en territoire caquiste.

Signe aussi qu'il ne faut pas faire de corrélation entre les résultats des deux partis, en 2011 le Bloc subissait la pire défaite de son histoire. Cela n'a toutefois pas empêché le PQ de prendre le pouvoir l'année suivante.

Vous n'avez pas des masses d'électeurs fidèles, partisans qui vont toujours voter du même côté au provincial ou au fédéral. Ça va à l'inverse de la tendance générale dans le monde électoral où c'est chacun pour soi, et on est devenus des consommateurs, ajoute Louis Massicotte.

Pascal Bérubé affirme toutefois que le fait qu'un parti qui était éteint redevienne une force politique, c'est inspirant.

L'ex-première ministre du Québec Pauline Marois croit aussi qu'une des leçons à tirer des résultats de l'élection de lundi est que « le Parti québécois peut renaître ». Elle a fait ce commentaire en marge de l'inauguration de la salle de commission parlementaire qui porte son nom à l'Assemblée nationale.

On a choisi un parti souverainiste, donc quelque part il y a des gens qui continuent de croire à l'avenir du Québec comme un pays indépendant. Ça va ramener le débat sur l'avenir du Québec, poursuit-elle.

Avec les informations de Valérie Gamache et d'Hugo Lavallée

Politique provinciale

Politique