•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les boissons énergisantes peuvent tuer... mais Santé Canada ne vous le dit pas

Des boissons énergisantes

Des boissons énergisantes

Photo : Getty Images / Ivan Miladinovic

Julie Dufresne

Des Canadiens sont morts après avoir consommé des boissons énergisantes contenant de la caféine combinée avec des stimulants. D’autres ont subi des palpitations cardiaques, des convulsions et de la détresse respiratoire. Or, le gouvernement n’informe plus le public des problèmes de santé vécus par les consommateurs. Et les géants de l’industrie préfèrent l'omerta à la transparence, a constaté Enquête.


C’était une magnifique soirée d’été. La lune était pleine, le ciel était clair quand Zachary Mitchell a plongé dans le lac Saint-Pierre, en Outaouais. Il voulait montrer à un ami comment exécuter un saut qu’il avait souvent réalisé.

Le jeune homme de 21 ans, musclé et en pleine santé, effectuait son dernier plongeon. Zachary est mort le 20 août 2016, noyé.

Sa mère Heather est incapable de raconter cette histoire sans retenir ses sanglots.

« Il n'a pas sauté avec la même finesse que d'habitude. Il tenait son côté gauche. Il a sauté dans l'eau, il est revenu à la surface et il a fait des blagues avec son ami. Après, il est redescendu dans l'eau, mais n'est jamais remonté. »

Zachary et Heather Mitchell

Zachary Mitchell et sa mère Heather

Photo : Courtoisie

La mère de Zachary n’aurait jamais pensé que son fils, un nageur aguerri, aurait pu mourir dans un lac qu’il connaissait si bien.

« J'ai calculé qu'il a probablement sauté 150 fois à cette place. J'ai demandé à la coroner : “Comment est-ce que mon petit poisson a coulé dans l'eau?” »

La coroner Pascale Boulay, une avocate déterminée, a décidé d’aller au bout de cette affaire.

Quand les résultats des analyses toxicologiques, puis moléculaires, lui sont parvenus, une conclusion s’est imposée : il y avait un lien plus que probable entre l’arythmie cardiaque qui a terrassé Zachary, l’activité physique et la consommation de boisson énergisante.

Le soir même, il avait bu une boisson Red Bull.

Zachary avait un état génétique préexistant, qu’il ignorait, mais qui le prédisposait à souffrir d’arythmie. Cela s’est révélé fatal en combinant l’exercice dans l’eau et le Red Bull.

Danger pour la santé

Zachary Mitchell n’est pas le seul à avoir eu des problèmes de santé, parfois graves, après avoir consommé une boisson dite énergisante caféinée.

La plus récente étude canadienne sur la question est révélatrice. En 2015, le professeur et chercheur David Hammond de l’Université de Waterloo, en Ontario, a sondé les perceptions de 2048 personnes âgées de 12 à 24 ans. Il a découvert que près de la moitié de celles qui avaient déjà consommé des boissons énergisantes avaient subi au moins un « effet indésirable ».

Le gouvernement canadien est aussi au courant de ces problèmes. Maux de tête, gonflement du visage, douleur rénale, insomnie, hallucination, dépression, perte de conscience, fréquence cardiaque augmentée… 143 effets indésirables subis par 65 personnes ont été recensés de 2003 à 2013 par Santé Canada. À l’époque, le gouvernement publiait ces informations sur la page Canada Vigilance (Nouvelle fenêtre).

Ceux qui ont connu ces problèmes étaient en majorité des hommes, âgés de 24 ans en moyenne. Mais des enfants aussi jeunes que 8 ans en ont également souffert.

Or, à partir de 2013, Santé Canada a cessé de diffuser ces informations, comme si, du jour au lendemain, il n’y en avait plus.

Une canette Red Bull

Une canette Red Bull

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Cafouillis administratif

Après la mort de son fils, Heather Mitchell a voulu tirer la sonnette d’alarme. Elle souhaitait que la mort de Zachary serve au moins à sauver la vie d’autres jeunes.

Mais elle s’est heurtée à un mur administratif.

Depuis 2013, les boissons énergisantes sont considérées comme de simples aliments et non plus comme des produits de santé naturels.

Avec ce changement de réglementation entériné sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, Santé Canada a transféré à l’industrie la responsabilité de rapporter les problèmes de santé subis par les consommateurs.

Si un consommateur de Red Bull éprouve un problème de santé, c’est à cette entreprise qu’il doit le signaler. Celle-ci doit ensuite déclarer l’incident à Santé Canada, c’est-à-dire s’autodénoncer.

Heather Mitchell n’a jamais voulu contacter Red Bull pour signaler la mort de son fils Zachary.

Comment avoir confiance en cette industrie qui finance les études dont elle se sert pour justifier la vente de ses produits?

Heather Mitchell
Heather Mitchell regarde le lac

Heather Mitchell devant le lac Saint-Pierre, en Outaouais, où son fils s'est noyé en 2016.

Photo : Radio-Canada / Julie Dufresne

Elle a tenté d’alerter directement le gouvernement en contactant l’Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), responsable de vérifier la salubrité des produits.

Elle a rempli un formulaire dans lequel elle racontait la mort de son fils et les conclusions de la coroner.

Pour seule réponse, elle a reçu un courriel qui résume la mission de l’agence. « Il n'y avait pas d'indication à savoir où je devais rapporter mes préoccupations. Ce n’était pas la réponse que je cherchais », se rappelle-t-elle, outrée.

Le silence de Red Bull

De 2003 à 2013, avant le décès de Zachary, Santé Canada avait déjà été avisé de trois décès potentiellement liés aux boissons énergisantes : un homme de 18 ans et deux adolescents.

L’un d’eux était Brian Shepherd, un athlète de 15 ans. Encore aujourd’hui, sa chambre est décorée de plusieurs trophées de hockey.

Brian ShepherdAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Shepherd, en 2008

Photo : Courtoisie

Le 6 janvier 2008, Brian s’est rendu à un tournoi de paintball avec des amis. Avant d’entrer sur le terrain, il avait reçu gratuitement une canette de Red Bull.

Une canette de trop.

« Il était inconscient et il avait cessé de respirer. Il a été conduit à l’hôpital. Pendant quatre heures, ils ont essayé de corriger l’arythmie. Son coeur a fini par lâcher », se rappelle son père Jim Shepherd, avant de laisser s’installer un long silence.

« Quand Brian est mort, je ne savais rien à propos des boissons énergisantes. Je me suis senti coupable parce qu’un produit avait tué mon fils, et je n’avais aucune idée de ce que c’était. »

À l’époque, il avait réussi à signaler le décès à Santé Canada, puisque le gouvernement n’avait pas encore délégué cette responsabilité aux fabricants.

Puis, il a tenté de joindre Red Bull, sans succès. 

Enquête s’est rendue avec Jim Shepherd au siège social canadien de l’entreprise, à Toronto. Après nous avoir interdit de filmer, la directrice des communications a écouté le père endeuillé pendant quelques minutes et s’est engagée à reprendre contact avec lui pour discuter sans la présence de médias.

Red Bull ne l’a jamais contacté.

Le fabricant de boissons énergisantes a aussi décliné les demandes d’entrevue de Radio-Canada pour ce reportage.

Pierre tombale de Brian Shepherd

Pierre tombale de Brian Shepherd dans un cimetière de Toronto

Photo : Radio-Canada / Luc Tremblay

Des fonctionnaires confus

À qui déclarer un problème de santé après avoir bu une boisson énergisante? Comment procéder?

La confusion règne parfois au gouvernement, selon des courriels obtenus par Enquête en vertu de la Loi d’accès à l’information.

En 2014, lorsqu’ils reçoivent des signalements, les équipes de l’Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) ne semblent avoir aucune idée du protocole à suivre. 

Avant de répondre à un plaignant qui a consommé une boisson Rockstar, une fonctionnaire propose à son collègue de « chercher sur Google » les effets indésirables que peuvent provoquer ces produits.

« Tu trouveras des informations du Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques à propos de maux rapportés à la suite de la consommation de ces produits. C’est une lecture intéressante! », écrit-elle.

Dans un autre échange, l’ACIA s’interroge même sur la nécessité d’informer Santé Canada d’un décès signalé.

Après plusieurs courriels entre employés, une spécialiste de la salubrité des aliments finit par transmettre les directives à ses collègues. « L’ACIA n’a pas besoin de rapporter ces incidents à Santé Canada. » Les fabricants, précise son courriel, doivent rapporter tout incident dans un rapport annuel.

L’avocat Bill Jeffery, spécialisé en politique alimentaire, a été le premier avoir accès à ces documents. Ce qu’il y a trouvé l’a stupéfait. Il dénonce la « très faible curiosité » de l’Agence canadienne d'inspection des aliments concernant un produit « qui causait des problèmes de santé assez graves, y compris la mort ».

Pour lui, les courriels révèlent que les fonctionnaires voulaient rapidement fermer ces dossiers.

Écrivez-nous

Vous avez des informations à nous transmettre, contactez la journaliste Julie Dufresne : julie.dufresne@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre) 

Santé Canada courtisé par l’industrie

Des experts mandatés par Santé Canada pour évaluer les risques des boissons énergisantes, en 2010, estimaient qu’il fallait carrément traiter ces boissons comme des médicaments, afin qu’ils soient sous haute surveillance.

Ainsi, le comité d’experts écrivait en 2010 dans un rapport qu’il ne fallait « PAS les déplacer dans [la catégorie] des aliments en raison des effets médicamenteux importants de la caféine ajoutée à ces produits ».

Mais pourquoi le gouvernement Harper a-t-il modifié la réglementation?

Santé Canada a expliqué que ce changement forcerait les fabricants à dévoiler les ingrédients des boissons énergisantes, en précisant les éléments nutritifs et les allergènes sur les emballages. 

Mais des vérifications au Commissariat au lobbying du Canada ne laissent aucun doute quant aux intérêts de l’industrie à l’époque.

Sur la ligne de front : Red Bull et Intertek, une firme canadienne qui a représenté l’industrie du tabac, puis le géant de l’agroalimentaire Monsanto. 

Red Bull et Intertek étaient en campagne de lobbying en 2010 au moment où s’amorçait le débat sur la révision de la réglementation des boissons énergisantes au Canada.

Les deux entreprises avaient annoncé leur intention de rencontrer Santé Canada et la ministre de la Santé de l’époque, Leona Aglukkak. 

Les pressions de l’industrie semblent avoir eu raison de l’avis des experts mandatés par Santé Canada.

Santé Canada a réalisé sa propre étude, qui justifiera la position prise par le gouvernement.

Joint au téléphone, le directeur de l’époque à la Direction des aliments de Santé Canada, Samuel Godefroy, aussi coauteur de l’étude, continue de croire que c’était la chose à faire.

À l’échelle épidémiologique, même si on a rapporté 100 cas, c’est 100 cas sur un milliard de consommations.

Samuel Godefroy, ex-directeur de Santé Canada

Selon lui, les effets indésirables au Canada ne sont pas statistiquement significatifs si on compare avec le nombre de boissons vendues dans le monde.

À partir de 2013, les boissons énergisantes ont donc été classées comme des aliments, contrairement à ce qu’avaient recommandé les experts. Et c’est l’industrie qui sera désormais responsable de rapporter les effets indésirables que des consommateurs leur signaleront.

Une compétition organisée par Red Bull à Québec

Une compétition organisée par Red Bull à Québec

Photo : Reuters / Mathieu Belanger

L’industrie se veut rassurante

Enquête a demandé à cinq fabricants combien ils avaient déclaré d’incidents depuis la mise en place de la nouvelle réglementation.

Aucun n’a voulu nous répondre, sauf l’entreprise québécoise Guru.

Cette dernière, qui veut se distinguer des géants de l’industrie avec sa boisson certifiée biologique, dit n’avoir reçu qu’un signalement d’effet indésirable.

« Après 20 ans histoire, à utiliser les mêmes plantes avec la même recette, notre produit est sécuritaire. On parle de 100 millions de canettes [consommées] dans les 5 dernières années », dit Carl Goyette, président et chef de la direction de Guru.

L’Association canadienne des boissons (ACB), qui représente l’industrie, a refusé les demandes d’entrevue de Radio-Canada. Dans un courriel, elle répète que « des autorités de la santé de premier plan dans le monde entier, y compris Santé Canada, ont estimé que les boissons énergisantes caféinées peuvent être consommées en toute sécurité ».

Pour sa part, Santé Canada dit avoir reçu 87 signalements par les fabricants de 2012 à 2017, dont la majorité « n’ont pas été jugés graves ».

Interrogé par Enquête au cours des derniers mois, le ministère a admis avoir été avisé de quatre morts. « Aucun lien direct entre chacun des quatre décès et la consommation de boissons énergisantes contenant de la caféine n’a pu être établi, étant donné que d’autres substances ont été ingérées (par exemple, médicaments d’ordonnance et alcool) », a tenu à préciser le conseiller en communication André Gagnon.

Au total, au moins sept cas de personnes mortes après avoir consommé une boisson énergisante auraient été signalés aux autorités, selon les informations compilées par Radio-Canada.  

Limiter l’accès des jeunes

L’Association québécoise des médecins du sport est aussi préoccupée. Elle s’inquiète particulièrement des conséquences des publicités qui montrent que ces produits sont consommés par des jeunes pendant qu’ils pratiquent un sport souvent extrême. 

« C'est un produit qui ne devrait pas être bu par les enfants ni les adolescents », dit la Dre Alexandra Bwenge, porte-parole de l'Association québécoise des médecins du sport. Malheureusement, c’est le grand public cible. Ce sont eux qui en boivent le plus, ce sont ceux qui sont le plus sensibles aux effets néfastes. En plus, souvent, ils le boivent dans un contexte d'activité sportive. »

C'est quelque chose qui nous inquiète. On ne veut pas de mort subite, on ne veut pas d'incident tragique.

Dre Alexandra Bwenge, porte-parole de l'Association québécoise des médecins du sport

L'Association préconise une interdiction aux moins de 16 ans et souhaite aussi que Santé Canada crée un nouveau formulaire, facile à remplir, pour que les consommateurs déclarent les effets indésirables.

Même le président de Guru est ouvert à l’idée d’interdire l’achat aux moins de 16 ans. « Je ne pense pas qu'à cet âge on a la maturité pour prendre des décisions pour soi-même. Je pense qu'il existe plus de chances d'abus », dit Carl Goyette.

Pour Jim Shepherd et Heather Mitchell, les parents endeuillés, il est clair que les boissons énergisantes ne sont pas moins dangereuses aujourd’hui, notamment en raison de leur popularité croissante.

Il n’y a qu’une solution qui puisse limiter les risques : le Canada doit interdire la vente de ces boissons aux mineurs, croient-ils.

« Je ne sais pas si Santé Canada a découvert pourquoi le tabac tue, mais les statistiques étaient révélatrices. C’est le même principe de précaution qui devrait s’appliquer. Les adultes peuvent bien en boire, tant qu’ils sont bien informés. Mais pour les enfants, le gouvernement devrait s’assurer qu’ils ne peuvent pas s’en procurer au magasin. »

« Un stimulant si fort ne devrait pas être disponible pour n'importe qui, n'importe où. Si j'avais su que les boissons causaient de graves incidents, j’aurais dit à mon fils de ne jamais, jamais en acheter ni en boire », dit Heather Mitchell. « Santé Canada doit faire quelque chose. On ne peut pas ignorer les morts . » 

À voir

L’émission Enquête diffuse un reportage sur les boissons énergisantes. À voir jeudi soir à 21 h (HE) sur ICI Radio-Canada Télé ou sur ICI Tou.tv.

Retrouvez tous les reportages de l'émission Enquête

Santé publique

Santé