•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi 40 : les commissions scolaires des régions veulent être entendues

Les bureaux administratifs de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda.

Les bureaux administratifs de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Lise Millette

Le président de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda, Daniel Camden, déplore que les petites commissions scolaires n'aient pas été invitées en commission parlementaire pour commenter le projet de loi numéro 40.

Ce projet de loi modifierait la Loi sur l’instruction publique relativement à l’organisation et à la gouvernance scolaire.

Daniel Camden a passé en revue la liste des personnes invitées à témoigner et dit constater qu'il s'agit principalement des grands centres.

Il n'y a aucune place dans cette commission parlementaire pour les régions. Ce projet de loi modifie 300 articles de loi, dont plusieurs auront des impacts majeurs pour les régions, qu'on ne soit pas entendues est inacceptable, lance-t-il.

La Commission scolaire de Rouyn-Noranda s'inquiète de voir certaines décisions centralisées à Québec pour les régions.

Présentement, nous, la Commission scolaire, on doit répartir les services équitablement entre tous les milieux, autant les petits, les grands, les zones rurales et les milieux éloignés. On risque de voir une atrophie à ce niveau-là et une centralisation des pouvoirs à Québec. Le ministre s'est accordé 14 nouveaux pouvoirs, dont ceux de fusionner des commissions scolaires et fusionner des services de commission scolaire, souligne-t-il.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale