•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mystère entourant les styles de vol des oiseaux pourrait être résolu

Un oiseau en vol prend une bouchée de ce que lui offre une main.

Les oiseaux « nagent » dans les airs : ils fléchissent, étirent et courbent leurs ailes en vol, explique le chercheur Vikram Baliga, de l'UBC.

Photo : Chris Lawton/Unsplash

Geneviève Lasalle

Vikram Baliga a longtemps été captivé par le mystère entourant le fait que des espèces d’oiseaux qui ont des styles de vol semblables peuvent souvent avoir des formes et des tailles d’ailes différentes. Aujourd’hui, le chercheur au département de zoologie de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) dit avoir trouvé une pièce maîtresse pour résoudre l’énigme.

Les ornithologues se sont longtemps penchés sur la forme de l’aile pour étudier les styles de vol, note-t-il. Or, la clé se trouvera plutôt dans la capacité qu’ont les oiseaux d'effectuer des mouvements amples, selon l'étude qu'il a menée et qui est publiée dans le journal Science Advances.

Les oiseaux « nagent » dans les airs : ils fléchissent, étirent et courbent leurs ailes en vol, explique le chercheur Vikram Baliga, de l'UBC.

Des spécimens d'ailes de tailles et de couleurs différentes.

Des spécimens d'ailes exposés au Beaty Biodiversity Museum de l’Université de la Colombie-Britannique.

Photo : Fournie par UBC/Vikram Baliga

Pour les oiseaux, l’amplitude des mouvements est relativement plus éclairante que la perspective traditionnelle consistant à se concentrer sur la forme de l’aile, avance M. Baliga.

L’étude cite en exemple les oiseaux qui ont la capacité de planer, comme les colibris, les faucons et les aigles, qui, pourtant, ont des morphologies remarquablement différentes. Par ailleurs, bien que les corbeaux planent, les corneilles à qui elles s’apparentent restent plus près du sol.

Les zoologues de l’UBC mesurent la forme, la flexibilité et l'extensibilité des ailes d'oiseaux.

Le chercheur, qui se décrit comme un spécialiste de la morphologie fonctionnelle a toujours été fasciné par l'apparence des animaux, leur structure, leur forme et leurs mouvements. Cela m’aide à comprendre la relation entre la forme et la fonction.

Il veut maintenant diriger son attention vers d’autres groupes animaux, afin de déterminer si sa découverte dans le monde aviaire s’applique à celui d’autres vertébrés.

Colombie-Britannique et Yukon

Zoologie