•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse présente ses nouvelles cibles de réduction des GES

Le ministre dit que les cibles sont rigoureusement scientifiques et conformes à ce que recommandent les experts des Nations unies.

Gordon Wilson répond aux médias dans les corridors de Province House le 26 septembre 2019.

Gordon Wilson, ministre de l'Environnement de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a présenté mercredi de nouvelles cibles de réduction des gaz à effet de serre qui seraient les plus contraignantes au pays. Le ministère ne dit pas cependant s’il demandera à son distributeur d’électricité de réduire son utilisation du charbon.

Le ministre de l’Environnement de la province, Gordon Wilson, a déposé la Loi sur les objectifs de développement durable, mercredi à l’Assemblée législative.

Cette loi propose une réduction d’ici 2030 des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour qu’ils se situent 53 % sous les niveaux de 2005. Elle vise à rendre la Nouvelle-Écosse carboneutre d’ici 2050.

La province s’engage aussi à créer un nouveau fonds destiné à aider les collectivités à combattre le changement climatique et faire croître les économies locales.

Le ministre Wilson dit que les cibles sont rigoureusement scientifiques et conformes à ce que recommandent les experts des Nations unies.

Des consultations publiques à venir

Il reste à voir de quelle manière la Nouvelle-Écosse compte s’y prendre pour atteindre ces objectifs.

M. Wilson dit que le tout sera précisé par la stratégie en matière de changement climatique qui sera dévoilée d’ici la fin de 2020, au terme de consultations publiques approfondies.

Siège social d'Emera à Halifax en 2018.

La production d’électricité représente environ 45 % des émissions de GES en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Le ministère de l’Environnement n’a cependant pas spécifié si la poursuite de ces objectifs environnementaux obligera le distributeur d’électricité de la province, Nova Scotia Power, a réduire sa dépendance au charbon.

La production d’électricité représente environ 45 % des émissions de GES en Nouvelle-Écosse. Or, Nova Scotia Power produit environ 55 % de son électricité à partir du charbon.

Environ le tiers des émissions de GES de la province provient des transports.

Stephen Thomas, du Centre d'action écologique.

Stephen Thomas, du Centre d'action écologique.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Mark Butler, directeur des politiques au Centre d’action écologique, à Halifax, s’est réjoui de l’annonce de nouvelles cibles et du fait qu’il y aura des consultations publiques.

Son collègue Stephen Thomas, coordinateur des politiques énergétiques avec l’organisme, salue le projet de loi, mais est d’avis que les cibles pourraient aller encore plus loin.

La province veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre à 11 mégatonnes; l’organisme croit que la cible devrait être fixée à 9,8 mégatonnes. Une emphase accrue sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et des stratégies de transport permettraient de combler cet écart, selon M. Thomas.

La nouvelle Loi sur les objectifs de développement durable de la Nouvelle-Écosse remplace la Loi sur les objectifs environnementaux et la prospérité durable. Cette dernière, adoptée en 2007 et par la suite modifiée, vient à échéance en 2020. La province a rempli la plupart des cibles fixées par cette loi.

D’après le reportage de Michael Gorman, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale