•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente entre Québec et Rio Tinto : l'ex-ministre Anglade défend son gouvernement

Dominique Anglade, députée libérale de Saint-Henri–Sainte-Anne et aspirante à la direction du PLQ, à l'Assemblée nationale, en juin 2019.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La libérale Dominique Anglade réplique au premier ministre du Québec, François Legault, qui l'accuse d’être responsable du fait que Rio Tinto reporte ses investissements aux usines d’Alma et d'Arvida.

La multinationale a annoncé, au cours des derniers jours, qu’elle ne prévoit pas investir à court terme dans la phase 2 de l’usine AP-60, au Complexe Jonquière, et pour son projet de centre de billettes à Alma.

François Legault et son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, ont soutenu, mardi, que le gouvernement de Philippe Couillard avait réduit de 1,3 milliard de dollars les obligations d'investissements de la multinationale au Québec. Ils ont aussi affirmé que l'échéancier pour les investissements avait été reporté de 2021 à 2025 par les libéraux.

Le Complexe Jonquière de Rio Tinto.

La deuxième phase de l'usine AP-60 est attendue au Complexe Jonquière de Rio Tinto depuis quelques années.

Photo : Radio-Canada

De passage en région mercredi, la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie a affirmé qu’il est faux de dire que l’entente n’a pas été bien négociée par le gouvernement précédent. Dominique Anglade explique que la durée de l’accord liant Québec à Rio Tinto, qui bénéficie d’avantages hydroélectriques dans la province, a été prolongée pour « garantir les emplois et les investissements ».

Ça fait plus d’un an qu’ils sont au gouvernement. Combien de fois est-ce qu’ils ont rencontré les gens de Rio Tinto? Combien de fois ils ont discuté des projets de la région? On n’arrive pas comme ça à 24 heures d’avis, on annonce quelque chose et le premier ministre n’a même pas l’air au courant. Je pense que c’est une approche très brouillon de la situation et qu’il a un travail à faire sur le terrain, a martelé l’ex-ministre.

Rencontre avec Alain Gagnon

La candidate à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ) a profité de sa visite en région pour rencontrer le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA-Unifor), Alain Gagnon.

Le leader syndical et son homologue de l’usine d’Alma, Sylvain Maltais, veulent savoir si l'entente avec Rio Tinto a été renégociée. Ils somment également le gouvernement Legault de faire ses devoirs.

On espère que le dossier va rester dans l'actualité le plus longtemps possible, que Rio Tinto rende des comptes et que le gouvernement Legault rende des comptes aussi. S'il y a eu déchirure de l'entente, qu'ils la montrent parce que moi, présentement, je n’ai pas ces détails-là.

Alain Gagnon, président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida

Rio Tinto n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

D'après les informations de Jean-François Coulombe

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique provinciale