•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des logements pour plus d'autonomie à Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une maquette de bâtiment

Le bâtiment inclura des appartements adaptés et des appartements conventionnels.

Photo :  Groupe O'Drey

Un projet d'habitation pour personnes à mobilité réduite verra bientôt le jour dans le secteur Vanier à Québec. Le bâtiment offrira des services tous les jours, 24 heures sur 24.

Anne-Marie Nadeau, qui est atteinte de paralysie cérébrale, fait partie de ceux et celles qui pourront bénéficier d'un de ces appartements.

Depuis une dizaine d’années, Anne-Marie souhaite voler de ses propres ailes en vivant dans un logement adapté à ses besoins. Mais le manque d’espaces adaptés sur le marché immobilier l’en a jusque-là empêché.

Anne-Marie Nadeau et sa mère

Anne-Marie Nadeau requiert qu’on lui consacre hebdomadairement environ 37 heures.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Il n'y a pas beaucoup d'appartements adaptés pour moi dans la région de Québec, résume Anne-Marie. Ça ne me tentait pas de me ramasser dans un CHSLD à bientôt 40 ans.

Âgée de 39 ans, la femme réside toujours chez ses parents qui veillent sur elle.

C'est d'ailleurs sa mère, Sylvie Nadeau, qui est l'une des instigatrices du projet immobilier.

Vivre en communauté

Le bâtiment de sept étages verra le jour dans le secteur Vanier près de la rivière Saint-Charles. Il inclura des appartements adaptés et des appartements conventionnels.

Cette mixité doit permettre de favoriser l’inclusion sociale de personnes à mobilité réduite, explique Benoît Labbé, président de l'organisme à but non lucratif Groupe O'Drey.

Sur un total de 78 unités d’appartements, une trentaine pourront accueillir des personnes à mobilité réduite. Les autres logements pourront être occupés soit par des personnes âgées ou encore des étudiants.

On cherche des personnes qui sont intéressées à vivre en communauté.

Benoît Labbé, président du Groupe O'Drey

Des services y seront offerts en tout temps, de jour comme nuit.

C’est un modèle qui est beaucoup plus flexible, qui permet aux gens d’avoir un horaire qui est propre à eux et qui répond à leurs besoins, explique le président, dont les deux sœurs ont une déficience physique.

Anne-Marie Nadeau, par exemple, requiert environ 37 heures de services par semaine, que ce soit pour la préparation de ses repas, pour se laver ou se vêtir.

Une fois installée dans sa nouvelle résidence, elle n’aura qu’à appuyer sur un bouton pour recevoir de l’assistance. Des employés présents sur place lui viendront alors en aide.

Je vais pouvoir faire mes choses à ma façon quand je veux les faire!, se réjouit cette dernière, heureuse à l’idée d’être plus autonome.

La mère d’Anne-Marie, Sylvie Nadeau, témoigne du réconfort que ce projet pourrait procurer à plusieurs familles. Comme parent, on vieillit. C'est important qu’il y ait des ressources qui permettent un futur à notre enfant sans qu'on soit en situation de crise.

Financé en grande partie par le programme AccèsLogis Québec de la Société d’habitation du Québec, le projet verra le jour en 2021. Son coût est estimé entre 17 et 20 millions de dollars. Les travaux débuteront au printemps ou à l’été prochain.

Avec les informations de Nicole Germain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !