•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission Laurent ne se penchera pas spécifiquement sur la mort du petit Thomas Audet

Un grand-père tenant la photo de son petit-fils entre ses mains.

Thomas Audet était en attente des services de la DPJ lorsqu'il est mort en juin 2016.

Photo : Radio-Canada

Gilles Munger

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse mise sur pied à la suite de la mort d'une fillette à Granby le printemps dernier ne prévoit pas s’intéresser spécifiquement à la mort d’un bambin de 22 mois survenue il y a trois ans au Saguenay.

Selon la porte-parole Laura-Emmanuelle Gagné, la commission présidée par Régine Laurent a reçu pour mandat d’analyser les enjeux systémiques et non pas les cas spécifiques concernant la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Elle précise qu'il appartient à d'autres instances, comme aux policiers et à la Commission des droits de la personnes et de la jeunesse, de faire enquête sur des cas comme celui de Thomas Audet ou de la fillette de Granby.

Thomas Audet, 22 mois, est mort le 18 juin 2016 alors qu’il était en attente des services de la DPJ du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La commission invite toutefois les citoyens en général et la famille du petit Thomas Audet en particulier à venir s’exprimer lors des audiences et du forum citoyen prévus en janvier et au printemps dans la région.

Le grand-père de Thomas, André Simard, songe à se présenter aux audiences pour y livrer son témoignage.

Ce que je veux leur dire, c’est qu’à partir du moment où il y a un signalement pour un enfant, on ne devrait jamais vivre un drame après. C’est douloureux pour nous autres, ça continue d’être douloureux.

André Simard, grand-père de Thomas Audet

Le mystère perdure

Encore aujourd’hui, la famille du bambin est incapable d’expliquer ce qui s’est passé puisque l’enquête policière demeure incomplète, ce qui empêche le coroner de terminer sa propre enquête.

André Simard n’en revient toujours pas que deux autres décès soient survenus après la publication d’un rapport sévère de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse sur la mort de son petit-fils. Il fait référence à cette fillette de 7 ans décédée à Granby dans des circonstances similaires et à la petite Rosalie Gagnon, 2 ans, de Québec.

Des membres de la famille de Thomas Audet poursuivent aussi le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Saguenay–Lac-St-Jean

Enfance