•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connaissez-vous les lieux de tournage les plus populaires à Montréal?

Vue panoramique des immeubles du centre-ville de Montréal

Vue du centre-ville de Montréal depuis la grande roue située dans le Vieux-Port.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

CBC News

Paris, Berlin, New York… Montréal est capable d’incarner tellement de villes différentes qu’elle pourrait elle-même remporter un Oscar. En effet, ces 20 dernières années, plus de 8 000 films, séries télé et publicités ont été tournés dans la métropole québécoise, selon des données compilées par CBC News. 

Grâce à son architecture éclectique, mais aussi à ses avantageux crédits d’impôt provinciaux et à ses nombreuses compagnies de production, Montréal attire aussi bien les tournages locaux que les tournages internationaux.

Aux yeux des spectateurs et des spectatrices, Montréal peut aussi bien passer pour une ville européenne que pour une métropole américaine.

Ce côté caméléon permet à la ville d’empocher 650 millions de dollars par an.

CBC Montréal a analysé 103 000 permis de tournage délivrés par le Bureau du cinéma et de la télévision de Montréal. Cette autorité est chargée d’approuver tout tournage réalisé sur une rue, sur un trottoir, dans un parc ou dans un bâtiment public.

Carte montrant les lieux de tournage les plus populaires à MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte réalisée par Roberto Rocha (CBC News)

Photo : CBC News/Roberto Rocha

Si les grosses productions monopolisent souvent l’attention des médias, ce sont les petites productions qui obtiennent le plus de permis.

Le mont Royal et les parcs La Fontaine, Jarry et Maisonneuve

Les grands espaces verts de Montréal, en particulier le mont Royal, constituent les lieux de tournage les plus recherchés.

Le mont Royal a récemment été vu dans La marche (The Walk). Ce film de Robert Zemeckis sorti en 2015 raconte l’histoire vraie du funambule français Philippe Petit qui a tenté, en 1974, de se rendre du sommet d’une tour du World Trade Center à l’autre en marchant sur un fil.

Une scène montrant l’acteur Joseph Gordon-Levitt sur un fil tendu entre deux arbres a été filmée sur le mont Royal.

Ce lieu ainsi que le parc La Fontaine ont déjà servi de décor pour des films se déroulant à Central Park.

Une personne est assise sur l'herbe devant le bassin du parc La Fontaine, à Montréal.

Le bassin du parc La Fontaine à Montréal

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Le Vieux-Montréal

Avec ses rues pavées et ses bâtiments datant du 18e siècle, le Vieux-Montréal est le quartier incontournable lorsqu’il s’agit de tourner des films se déroulant en Europe.

Sur le tournage d’un film sur lequel j’ai travaillé, un côté de la rue avait des airs de New York. Quelques heures plus tard, on avait l’impression d’être en France, explique Alain Dahan, dont le rôle consiste à aider les sociétés de production étrangères à dénicher des lieux de tournage. 

Le croisement des rues Saint-Paul et Bonsecours fait partie des lieux les plus prisés. Cette intersection a été parisienne dans des films comme Les mots (The Words) et Les Schtroumpfs 2 (The Smurfs 2), ou encore russe dans L'étrange histoire de Benjamin Button (The Curious Case of Benjamin Button).

Une scène du film « The Curious Case of Benjamin Button », avec le Vieux-Montréal en arrière-plan.

Une scène du film « The Curious Case of Benjamin Button », avec le Vieux-Montréal en arrière-plan.

Photo : Warner Bros. Pictures

La place Vauquelin, située tout près de l’hôtel de ville, a été le théâtre d’une scène de bataille dans le film X-Men : Jours d'un avenir passé (X-Men: Days of Future Past), qui est sorti en 2014.

Quant à la place d’Youville, elle a été berlinoise dans Confessions d'un homme dangereux, mentionne Yan Éthier, agent de liaison au Bureau du cinéma et de la télévision de Montréal. 

Pour tourner des scènes se passant à Wall Street, les producteurs se sont plusieurs fois dirigés vers les rues Notre-Dame et Saint-Jacques. 

Toutefois, la manière dont a évolué le Vieux-Montréal rend le quartier moins attrayant pour les tournages de films. Des bâtiments plus modernes et des commerces ayant vu le jour, le centre historique de Montréal est moins une machine à remonter le temps qu’il y a 30 ans.

« À l’époque, il n’y avait presque pas de boutiques, de restos ou de condos. Il y avait surtout des entrepôts. On pouvait presque tout faire », se rappelle Benoît Mathieu, qui travaille dans le milieu du cinéma.

Le square Dorchester 

Ce parc du centre-ville est un lieu de tournage recherché – pas nécessairement pour le parc lui-même, mais pour ses alentours.

L’édifice Sun Life se retrouve souvent en arrière-plan dans des scènes, et la ruelle située entre les rues Mansfield et Metcalfe est parfaite pour donner l’impression d’être à New York, d’après Benoît Mathieu.

Plusieurs films connus ont été tournés à cet endroit, notamment Le jour d'après (The Day After Tomorrow), Zombie malgré lui (Warm Bodies) et plus récemment Un bon coup (Long Shot).

Hochelaga-Maisonneuve

Ce sont surtout les productions locales, qui ne bénéficient pas des mêmes budgets que les grosses productions américaines, que l'on tourne dans Hochelaga-Maisonneuve. 

Tourner dans le Vieux-Montréal coûte très cher.

Benoît Mathieu

Les séries ou émissions tournées le plus souvent à Montréal

La grande majorité des tournages ne demandent qu’un seul permis. Mais certaines productions, surtout les séries télé, en nécessitent un grand nombre. Voici les séries et émissions de télévision ayant fait le plus affaire avec le Bureau du cinéma et de la télévision de Montréal.

  • 30 vies 

Ce feuilleton, diffusé à Radio-Canada de 2011 à 2016, arrive en tête avec 2 350 demandes d’autorisation de tournage accordées pour 200 lieux différents.

Au moins 650 tournages ont été réalisés à l'extérieur au cours des 11 saisons de cette série dramatique.

La plupart des permis accordés concernaient des lieux situés dans Hochelaga-Maisonneuve, sur la rue Ontario, entre les rues Aird et Sicard. C’est là que se trouve le centre communautaire qui a servi de décor à l’École du Vieux-Havre.

  • 19-2

19-2 se classe deuxième avec 1 900 permis obtenus pour les versions francophone et anglophone de cette série policière.

De nombreuses scènes ont été tournées dans Hochelaga-Maisonneuve, sur la rue Ontario, mais aussi à Westmount et dans l'arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

  • Juste pour rire

Principalement tournée en plein air, la célèbre émission de caméras cachées Juste pour rire est troisième avec 1 860 permis. 

Ses lieux de tournage de prédilection sont le parc La Fontaine, le square Saint-Louis et la portion du boulevard Saint-Laurent comprise entre la rue Laurier et le boulevard Saint-Joseph.

  • Être humain (Being Human)

Cette série américaine racontant les aventures d’un vampire, d’un loup-garou et d’un fantôme qui sont colocataires a obtenu 820 autorisations de tournage, surtout dans le quartier Milton-Parc, non loin de l’Université McGill.

Les maisons victoriennes de ce lieu se prêtaient bien à cette défunte série qui se déroulait à Boston.

  • De celles qui osent (The Bold Type)

Lancée en 2017, cette série américaine portant sur trois jeunes New-Yorkaises s'est déjà vu octroyer 700 permis, surtout pour tourner sur le boulevard Saint-Laurent, dans le Vieux-Montréal et dans le Mile End.

  • O'

Le feuilleton, diffusé entre 2012 et 2019 sur la chaîne TVA, arrive sixième avec plus de 660 autorisations délivrées pour des tournages un peu partout en ville.

L’entrée du Village, à l'intersection des rues Sainte-Catherine et Saint-André, est plusieurs fois apparue dans cette série portant sur la famille O’Hara.

Avec les informations de Roberto Rocha (CBC News)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts