•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Just In : ce n’est pas Trudeau au théâtre, mais presque

Un homme vêtu de caleçons se tient en position de boxe avec un drapeau canadien sur la tête.

Sans parodier le premier ministre, la pièce « Just In » s'inspire de l'ascension politique de Justin Trudeau.

Photo : Avec la gracieuseté de La Nouvelle Scène / Crédit : Cath Langlois

Christelle D'Amours

C’est l’histoire d’un homme qui se réveille ㅡ nu dans une chambre d’hôtel ㅡ au lendemain d’une victoire politique et se rend compte qu’une vidéo compromettante circule, menaçant son image de marque. La pièce politico-fantastique Just In, présentée à La Nouvelle Scène du 24 au 26 octobre, tombe à point, dans la foulée de la réélection du Parti libéral de Justin Trudeau.

Égoportraits, combat de boxe suggestif, visites dans le métro au lendemain d’une élection : ce sont là autant de clins d’oeil au parcours du premier ministre canadien, qui n’a pourtant été que la muse de l’auteur Lucien Ratio.

C’est une grande inspiration pour le spectacle, mais non, je ne joue pas Justin Trudeau. Je n’essaie même pas de l’imiter, précise celui qui, en plus de signer le texte, interprète ce solo sur scène.

Un homme qui porte une casquette revêt un casque d'écoute et sourit devant un micro de radio. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteur et comédien Lucien Ratio en entrevue à l'émission « Sur le vif ».

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

L’idée lui est venue il y a quatre ans, durant la première campagne politique du chef du Parti Libéral du Canada.

D’abord ravi par le bain de foule dudit politicien le lendemain de son élection, Lucien Ratio est rapidement devenu sceptique. Le fait de mettre en ligne sur les réseaux sociaux ces images cherchant à montrer Justin Trudeau comme un gars du peuple enlevait un peu de la bonne valeur à son geste, selon lui.

Il n’y a rien de banal en politique. Il y a des calculs, il y a des stratèges et on dirait que maintenant, c’est tellement bien fait qu’on l’oublie. C’est un film, ce sont des vedettes.

Lucien Ratio, auteur et comédien

On se fait tellement balancer d’images que je ne sais pas à quel point on se rend compte qu’il y a une idéologie politique derrière ce qu’on nous présente, ajoute-t-il.

En quête d'un homme ou d'un dieu?

La pièce, présentée par Les Productions du Temps qui s'arrête, propose un univers politico-fantastique. M. Ratio illustre l’absurdité des « personnages politiques » dont l’image est tellement polie qu’elle relève presque du conte.

L’auteur veut rappeler que lorsqu’on enlève une couche de vernis, les élus sont encore humains. C’est juste que j’ai l’impression qu’on vote pour quelque chose qui n’existe pas, pour des personnes qui n’existent pas et qui sont créées de toutes pièces, soutient-il.

Il s’est ainsi permis d’incorporer de la mythologie grecque, des dieux reptiliens et d’autres créatures fantastiques dans son récit. Pendant que le personnage principal est poursuivi par un monstre, le public, lui, est appelé à se questionner sur son rapport à l'image ainsi que sur sa responsabilité d’électeur.

« Mon histoire est un best-seller recyclé qui se vend bien.

Un roman du terroir que l’on apprête à toutes les sauces et que l’on déguste avec appétit. »

- Extrait de la pièce Just In.

Lucien Ratio remet en question la validité des dynasties politiques comme celles de Pierre Elliott Trudeau et de son fils, ou encore le tout récemment élu Alexis Brunelle-Duceppe, applaudi lundi par son père Gilles.

Ce n’est pas de la théorie du complot, mais c’est comme si on recycle certains personnages à perpétuité, puis je suis parti avec ça, explique l’homme de théâtre.

En attendant de faire lui-même un saut en politique (Ce n’est pas le bon moment, mais plus tard, j’aimerais vraiment, a-t-il lancé), le comédien espère faire réfléchir avec son pied de nez à l’univers politique moderne.

POUR Y ALLER

Just In
Du 24 au 26 octobre, 19 h 30
La Nouvelle Scène

Avec la collaboration de Jean-François Chevrier

Ottawa-Gatineau

Théâtre