•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Belgh Brasse confirme que son usine d'Amos ne sera pas reconstruite

Un bâtiment au logo de Belgh Brasse montre encore des signes d'incendie.

Le bâtiment désaffecté qui habitait Belgh Brasse à Amos.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Lise Millette

L'entreprise Belgh Brasse a confirmé que son usine de production et d'embouteillage en Abitibi-Témiscamingue ne sera pas reconstruite.

Après des mois d'hésitation sur l'avenir de la microbrasserie d'Amos, l'entreprise Belgh Brasse a confirmé mercredi dans un communiqué que son usine de production et d'embouteillage ne sera pas rebâtie.

Après une mûre réflexion suite à l’incendie du printemps 2017, qui a gravement abîmé l’usine, Belgh Brasse a pris la difficile décision de mettre fin à ses activités à Amos et de relocaliser sa production de bière à Laval, a expliqué Jean-Louis Marcoux, maître-brasseur de la brasserie Belgh Brasse, dans un communiqué.

Invitée à préciser davantage les motifs de cette décision, l'entreprise a décliné toute demande d'entrevue, déclarant se limiter au communiqué de presse et n'ayant pas l'intention de faire de commentaires additionnels.

Le maire d'Amos, Sébastien d'Astous, est déçu de la décision de l'entreprise, estimant que Belgh Brasse apportait une visibilité enviable à la Ville d'Amos sur la scène internationale.

Belgh Brasse, c'est un fleuron amossois qui avait une notoriété internationale avec la qualité de leurs bières, mais avec la qualité de notre eau aussi. Alors oui, c'est effectivement très triste. Il n'y a personne qui va être remis à pied, il n'y avait plus d'opérations. Par contre, la présence que Belgh Brasse avait à l’international, c'est sûr que ça nous faisait connaître et ça, ça va nous faire mal, a-t-il confié à Région zéro 8.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Centre-Abitibi, Claude Balleux, est lui aussi déçu. Oui ça me préoccupe, c'est un peu déroutant... je ne sais pas si c'est le bon qualificatif, mais de voir que le produit, sa marque de commerce accolée à la qualité de l'eau de chez nous et de ne plus en tirer aucun parti, a-t-il déclaré.

Que faire du bâtiment?

L'usine a été sécurisée, mais plusieurs travaux restent à faire. Selon le maire D'Astous, il existe différentes possibilités pour le site de cet ancien fleuron amossois, qui trône à l'entrée de la ville.

Je vois trois possibilités. Ou bien ils vont continuer d'aménager et peut-être utiliser une portion des bureaux. Ce qui serait plus plausible, ce serait qu'ils décident de vendre tel quel ou de démolir complètement l'infrastructure restante et vendre le terrain, avance-t-il.

La brasserie Belgh Brasse avait été fondée en 1999 par Jean-Louis Marcoux à Amos, dans la MRC d'Abitibi.

Abitibi–Témiscamingue

Bière et vin