•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élection vient de se terminer que déjà, Élections Canada pense à la prochaine!

Derrière le signe, une église.

Justin Trudeau a limité les dégâts et a obtenu un second mandat, mais il devra se trouver des alliés.

Photo : Reuters / Chris Helgren

Radio-Canada

Aux commandes d’un gouvernement minoritaire, Justin Trudeau aura besoin de l'appui d'au moins un autre parti pour adopter une loi au Parlement et survivre à un vote de confiance. D’un autre côté, le premier ministre peut décider de déclencher une élection rapidement pour obtenir une majorité de sièges. Deux scénarios qui obligent Élections Canada à se tenir prêt à toute éventualité.

L'agence fédérale qui organise les élections se dit toujours prête, peu importe quand la prochaine élection sera déclenchée.

Le porte-parole d'Élections Canada, Ghislain Desjardins, a mentionné que le plus important est de travailler avec les 338 directeurs de scrutin à travers le pays, car c’est eux qui embauchent les employés lors d’une élection.

Le travail des directeurs de scrutin est essentiel, quand ils ne sont pas en période électorale ils ont quand même des heures de travail pour continuer d’avoir un lien avec la communauté et pour pourvoir la recherche de site, a expliqué le porte-parole d'Élections Canada.

M. Desjardins assure que l'agence fédérale est prête à bouger rapidement en cas d’un déclenchement hâtif d’une élection.

C’est sûr que dans un gouvernement minoritaire les chances de se rendre aux quatre ans sont réduites. Statistiquement, ce type de gouvernement dure 21 mois, donc nous prévoyons en conséquence. Il y a des choses qui vont s'accélérer, maintenant c’est de savoir s’il va y avoir assez de temps pour nous afin de s’adapter [aux possibles] modifications législatives, a-t-il dit.

À titre de rappel, les élections à date fixe ont été introduites au Canada il y a 11 ans. Selon l’article 56.1 de la loi, les élections générales ont lieu le troisième lundi d’octobre de la quatrième année qui suit le jour de la dernière élection générale, à moins d’une décision contraire du gouverneur général qui, usant de ses pouvoirs discrétionnaires, peut dissoudre le Parlement à tout moment.

La prochaine étape pour Justin Trudeau sera probablement de remanier son Cabinet, étant donné que le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et le ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, ont perdu leur siège.

Par la suite, M. Trudeau devra fixer un délai pour la reprise des travaux du Parlement. À partir de ce moment, peu importe la méthode, l'objectif des libéraux sera d'obtenir au moins 170 voix pour les votes de confiance et les principales mesures législatives. Si ce n'est pas le cas, les employés d'Élections Canada devront rapidement réagir.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale