•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : réactions favorables des francophones et des Autochtones du Nord

Un montage des trois députés.

Les trois députés élus dans le Nord, Mumilaaq Qaqqa,q au Nunavut, Michael McLeod, aux T.N.-O., et Larry Bagnell, au Yukon.

Photo : Radio-Canada

Claudiane Samson
Mario De Ciccio

Les organismes et les représentants des communautés minoritaires dans le nord du pays tentent de déterminer l’impact de l’élection d’un gouvernement minoritaire pour l’avancement de leurs dossiers.

Au lendemain des résultats, nombreux sont ceux qui souhaitent rappeler aux élus fédéraux les promesses sur lesquelles ils ont fait campagne.

Francophones

Tout comme la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, les organismes représentant les francophones dans les trois territoires se réjouissent de l’élection des cinq chefs des partis principaux qui se sont tous engagés à moderniser la Loi sur les langues officielles.

La Fédération franco-ténoise, l’Association franco-yukonnaise et l’Association des francophones du Nunavut joignent leurs voix à celle de la FCFA qui demande un projet de loi dans les 6 premiers mois.

Trois femmes de la FFT entourent le député Michael McLeod.

L'équipe de la FFT avait rencontré Michael McLeod et la plupart des candidats au cours de la campagne.

Photo : La Fédération franco-ténoise

Le porte-parole de la FFT, Xavier Lord-Giroux, rappelle cependant qu’il est important que cette modernisation soit faite dans le respect des langues autochtones, une spécificité importante pour les francophones du Nord qui côtoient beaucoup plus les communautés autochtones que les francophones dans le sud du pays, selon lui.

« On a cette sensibilité par rapport au respect et à la valorisation des langues autochtones, dit-il. Je ne sais pas si leur place est dans un projet de loi qui porte sur les langues officielles, mais certainement, on espère que le prochain gouvernement va se pencher sur le respect et la valorisation des langues autochtones. »

Façade d'un édifice en hiver avec une grande affiche indiquant l'Association des francophones d'Iqaluit.

Le Franco-Centre, à Iqaluit, est le lieu de rassemblement principal des francophones, et la salle est régulièrement louée pour d'autres rendez-vous de la grande communauté d'Iqaluit.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Au Nunavut aussi la modernisation de la Loi sur les langues officielles retient l’attention. La directrice de l’AFN, Karine Baron, affirme à ce sujet que la députée élue, Mumilaaq Qaqqaq, s’est montrée ouverte à leur position lors de leur rencontre pendant la campagne.

« On a parlé avec les candidats de la réalité de la langue inuite et [pas en termes de comparaison] mais qu’on se voit plutôt comme alliés. De leur côté aussi, ils revendiquent certaines choses, certains services dans la langue inuite, et nous, on peut être des alliés, on peut travailler ensemble, et ça, c’est un message qui a été très bien reçu. »

Au Yukon, la présidente de l’Association franco-yukonnaise, Jeanne Beaudoin, se réjouit de savoir que le travail accompli pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles entamée auprès des libéraux pourra se poursuivre dans un avenir immédiat.

Une femme est photographiée plan épaule avec le centre-ville de Whitehorse en arrière-plan.

Jeanne Beaudoin, présidente de l'Association franco-yukonnaise

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Mme Beaudoin a toutefois un bémol en ce qui concerne l’idée que le Bloc québécois est un défenseur des francophones hors Québec.

« Toute la question d’asymétrie pour nous est importante et, naturellement, la question d'équivalence entre les anglophones au Québec et les francophones à l’extérieur du Québec. On ne peut pas vraiment faire une équivalence, là. La langue anglaise sur le continent américain n’est pas en danger de disparition, alors que la langue française est dans une situation beaucoup plus précaire. »

Autochtones

Au Yukon, le chef du Conseil des Premières Nations n’est pas surpris par ces résultats dont il avait anticipé l’issue. Peter Johnston croit que l’élection d’un gouvernement minoritaire pourrait s’avérer une bonne chose dans la mesure où tous les partis seront forcés de travailler en collaboration.

Un homme parle.

Le chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Il se réjouit tout particulièrement, entre autres, du retour du Bloc québécois à Ottawa.

« Nous avons historiquement reçu le soutien du Bloc pour notre avancement vers l'autodétermination. Avec le Bloc, essentiellement en tierce position au Parlement, nous serons en mesure d’obtenir un alignement dans nos [démarches] vers des gouvernements autonomes. »

Yves-François Blanchet et sa conjointe les mains en l'air sur la scène devant les partisans du Bloc québécois.

Yves-Francois Blanchet

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Aux Territoires du Nord-Ouest, de nombreux leaders autochtones ont participé aux célébrations de la victoire de Michael McLeod à Yellowknife, lundi soir. Les quatre candidats au poste de premier ministre et d’autres nouveaux députés étaient aussi présents pour le féliciter. 

Aussi présente, la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty, a dit voir d’un bon oeil la réélection de Michael McLeod, qui permettra une certaine cohérence dans le territoire, selon elle. 

Plan moyen de Rebecca Alty debout avec une fenêtre en arrière-plan donnant sur un terrain vert avec des arbres.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La mairesse de Yellowknife définit trois priorités d’Ottawa pour sa ville :

  • Le besoin de financement pour un centre autochtone destiné au traitement de problèmes de santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle comme cela avait été répété dans les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

  • De l’aide pour faciliter l’accessibilité au logement.

Pour sa part, le maire de Whitehorse, Dan Curtis, a bon espoir que les ressources pour l’infrastructure continueront d’être investies à un bon rythme dans sa communauté.

Grand-Nord

Élections fédérales