•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La référence à Hong Kong trop politique pour un concours de design organisé par Vans

Une jeune fille présente le croquis d'une chaussure ornée de dessins.

Les illustrations de Naomi So rappellent les manifestations prodémocratie à Hong Kong.

Photo : CBC/Talia Ricci

Radio-Canada

Une adolescente déplore le fait que sa participation à un concours ait été annulée parce que son design faisait référence au soulèvement social et politique en cours à Hong Kong.

Naomi So, une jeune Torontoise de 17 ans, participait à un concours organisé par la compagnie américaine Vans, qui fabrique des vêtements et chaussures de style décontracté, notamment pour la planche à roulettes.

Naomi, dont la famille est en partie originaire de Hong Kong, a écouté avec ses parents des reportages sur les manifestations prodémocratie dans l’ancienne colonie britannique.

Elle a décidé de proposer une chaussure principalement noire et jaune, les couleurs portées par les manifestants.

Elle a dessiné, sur le dessus, des fleurs de Bauhinia, qui sont l’emblème floral de Hong Kong.

Elle a ajouté un parapluie et des personnages sans visage qui portent des casques de construction et des imperméables, des symboles d’un épisode qui marquera l’histoire, selon la jeune femme.

Une occasion en or

Naomi So était particulièrement enthousiaste à l’idée de pouvoir remporter un prix de 25 000 $ et d’avoir la chance de collaborer avec sa compagnie de chaussures préférée.

Mais quelques jours après le début du vote populaire, sa proposition est disparue du site web. Elle raconte que son design avait recueilli 200 000 votes, devançant largement son plus proche concurrent avec 10 000 voix.

Je trouvais injuste qu’ils l’aient retiré, même si la proposition avait été approuvée par un comité de sélection et soumise au vote.

Naomi So

Éviter la controverse

Dans une déclaration publiée sur Facebook, la compagnie a expliqué qu’elle avait retiré quelques propositions, qui ne respectaient pas les critères du concours ou ne convenaient pas à une marque qui veut attirer des consommateurs de tous horizons.

Nous n’avons jamais pris position sur une question politique et, conséquemment, avons examiné les design proposés pour nous assurer qu’ils étaient cohérents avec nos valeurs traditionnelles de respect et de tolérance, a précisé la compagnie.

Naomi So avait reçu une réponse semblable après avoir envoyé un courriel à la compagnie.

Chris MacDonald, qui enseigne l’éthique et la pensée critique à l’école de gestion de l’Université Ryerson, pense que Vans aurait pu mieux gérer cette affaire.

Ils pensaient probablement à l’aspect relations publiques et ont voulu éviter une controverse, dit-il, mais je pense qu’en fin de compte, ils ont juste créé plus de controverse.

M. MacDonald pense que la compagnie aurait pu proposer un compromis, qui aurait respecté l’artiste et ceux qui avaient voté pour elle.

D’après les informations de Talia Ricci de CBC

Politique

Économie