•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Excuses, confusion et malentendu dans le dossier du poste de police

Rémy Normand, conseiller à la Ville de Québec, en mêlée de presse.

Rémy Normand, conseiller à la Ville de Québec, en mêlée de presse, en octobre 2019.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Un jour après que la Ville se fut excusée pour la mauvaise information véhiculée pour expliquer les retards du chantier de l’édifice F.X.-Drolet, Rémy Normand estime que la situation a été causée par un malentendu entre l’administration municipale et le ministère de l’Environnement.

Selon le vice-président du Comité exécutif, la fermeture administrative du dossier par le ministère de l'Environnement en janvier ne signifie pas que tout est au point mort.

Malgré le fait qu'on dise qu'il n'y a pas de demande, les administrations travaillent ensemble depuis déjà plusieurs mois à trouver la bonne façon de répondre aux questions qui avaient été soulevées par le ministère de l'Environnement.

En point de presse, Rémy Normand a pris le temps de lire un texto que le ministre de l’Environnement Benoit Charrette a envoyé au maire Régis Labeaume.

Ce type d'erreur survient à l'occasion, compte tenu des lourdeurs des machines respectives. Heureusement, nous travaillons à simplifier les choses. Lorsque la demande pour F.-X.-Drolet nous sera parvenue, nous la traiterons avec diligence, écrit le ministre au maire.

Selon Rémy Normand, la Ville souhaite maintenant repartir sur des bases positives pour trouver la meilleure façon d'obtenir le certificat d'autorisation.

Image de Google Street View de l'édifice F.X.-Drolet, un immeuble industriel en briques.

L'édifice F.X.-Drolet dans le quartier Saint-Roch, site du futur poste de police.

Photo : Google Images

Des travaux qui tardent

L’édifice F.-X.-Drolet, dans le quartier Saint-Roch, doit accueillir un nouveau poste de police et les nouveaux bureaux de la Cour municipale. Des travaux majeurs seront nécessaires et les sols du terrain devront être décontaminés, mais le chantier accuse un important retard.

Il y a un mois, Régis Labeaume a déploré la lenteur du ministère de l’Environnement à délivrer les permis nécessaires. Or, il est maintenant confirmé qu’aucune demande de la Ville de Québec n’est en traitement dans ce dossier.

En fait, la demande de certificat d’autorisation a fait l’objet d’une fermeture administrative le 29 janvier 2019. Le ministère indique que la Ville, malgré plusieurs rappels, n’a jamais fourni les informations dont les fonctionnaires avaient besoin pour autoriser les travaux.

Inacceptables

Les réponses offertes par l’administration Labeaume sont jugées totalement inacceptables par le conseiller de l’opposition Jean Rousseau.

On a blâmé le ministère de l'Environnement, là, on ne sait plus qui fait quoi, soupire-t-il en dénonçant l’incapacité des élus au pouvoir à clarifier le dossier.

Jean Rousseau en mêlée de presse à l’hôtel de ville de Québec.

Jean Rousseau en mêlée de presse à l’hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

J'ai des craintes concernant nos capacités budgétaires par rapport à de nombreux projets.

Jean Rousseau, conseiller municipal de Cap-aux-Diamants

Tout le projet de réorganisation des forces policières de Québec est d’ailleurs une épine dans le pied de Régis Labeaume depuis plus d’un an.

Au-delà de l’aménagement d’un poste dans l’édifice F.-X.-Drolet, la Ville souhaite construire une toute nouvelle centrale de police qui accueillera la majorité des effectifs policiers.

Les coûts de la première mouture du projet ont explosé au printemps 2018 pour atteindre 80 millions de dollars. La Ville est retournée à la table à dessin pour annoncer en juin 2019 que la nouvelle centrale serait finalement construite près de l'autoroute Laurentienne, à la hauteur du boulevard Louis-XIV.

Aucune estimation de coûts n’a été fournie par l’administration Labeaume et les partis d’oppositions réclament une plénière sur la question depuis des mois.

Cette plénière aura finalement lieu d’ici quelques semaines, a assuré Rémy Normand.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Québec

Politique municipale