•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection partielle dans Jean-Talon : un conseiller de Labeaume avec Québec solidaire

Frédéric Poitras, candidat à l'investiture de Québec solidaire dans Jean-Talon, aux côtés de la co-porte-parole du parti Manon Massé.

Frédéric Poitras, candidat à l'investiture de Québec solidaire dans Jean-Talon, aux côtés de la co-porte-parole du parti Manon Massé

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un conseiller de Régis Labeaume se joint à Québec solidaire (QS) en vue de l'imminente élection partielle dans la circonscription de Jean-Talon. Frédéric Poitras, 42 ans, devient ainsi le quatrième candidat à l'investiture de QS.

M. Labeaume a tout simplement accepté de me libérer, raconte M. Poitras. Il voit que j'ai cette drive qui m'habite pour m'impliquer dans notre démocratie et il m'encourage.

C'est sûr qu'il ne se mêlera pas de la campagne, mais quand même, je suis libéré, précise M. Poitras, qui est au service d'Équipe Labeaume depuis 2014.

Rien n'est acquis pour lui puisque trois autres candidats ont déjà annoncé qu'ils brigueraient l'investiture de QS, prévue le 30 octobre.

Néanmoins, M. Poitras bénéficie d'un léger avantage sur la ligne de départ : il est ouvertement soutenu par son parti, plus particulièrement par la co-porte-parole Manon Massé.

C'est d'ailleurs elle-même qui l'a approché, parce qu'il est un solidaire dans l'âme. Un coup que tu approches quelqu'un, tu ne le laisses pas tomber, surtout quand il dit oui!, explique Mme Massé.

Les autres candidats à l'investiture de QS :

  • Olivier Bolduc, 31 ans, sténographe
  • José-Frédérique Biron, 27 ans, fonctionnaire au ministère des Transports
  • Cédrik Verreault, 19 ans, étudiant en science politique

Entrepreneur solidaire

Avant d'être conseiller politique, M. Poitras a été candidat pour Équipe Labeaume à l'élection municipale de 2013, lors de laquelle il a subi la défaite. Il était alors surtout connu pour avoir cofondé le défunt complexe Le Cercle, sur la rue Saint-Joseph.

Ce que j'ai compris, c'est que c'était pas un faiseux de cash, lance Manon Massé. C'est un gars pour qui l'impact sur la communauté, c'est quelque chose qui est important. Ça ressemble beaucoup à Québec solidaire.

Interpellé par l'enjeu des changements climatiques, M. Poitras s'est aussi beaucoup investi auprès des Premières Nations du Québec, ces dernières années.

« Ses liens avec les Premières Nations, pour Québec solidaire, c'est important. On ne fera pas l'indépendance du Québec [sans] avoir des liens solides avec les Premières Nations. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Un château fort libéral

Même si la date de l'élection partielle dans Jean-Talon n'a pas encore été dévoilée par le premier ministre François Legault, tous les partis fourbissent leurs armes en prévision de cette lutte.

Le Parti libéral du Québec semble vouloir miser sur l'ex-PDG du CHU de Québec, Gertrude Bourdon, pour récupérer ce château fort vacant depuis la démission de Sébastien Proulx, le 30 août dernier.

La Coalition avenir Québec tablera sur Joëlle Boutin, l'actuelle directrice de cabinet d'Éric Caire. Elle avait obtenu 28,5 % des voix lors de l'élection de 2018 dans cette même circonscription, terminant 4 points de pourcentage derrière Sébastien Proulx.

Quant au Parti québécois, le candidat désigné est Sylvain Barrette, un retraité du milieu de l'enseignement.

Même si QS avait obtenu 19 % des suffrages en 2018 dans Jean-Talon, Manon Massé affirme qu'une autre prise est possible à Québec, comme cela s'est produit dans les circonscriptions de Sol Zanetti et de Catherine Dorion.

L'histoire de Jean-Lesage et de Taschereau était un peu similaire. On est beaucoup plus fort actuellement dans Jean-Talon qu'on l'était avant de partir à la dernière élection, dit-elle.

Un appui décrié

Mercredi en journée, le candidat Cédrik Verreault a publié un communiqué pour dénoncer « l'ingérence de différentes personnalités en position d'influence à l'intérieur du parti » en faveur de la candidature de Frédéric Poitras.

Selon lui, l'appui du parti envers M. Poitras « désavoue la fameuse démocratie participative inscrite dans la déclaration de principes datant de la fondation de Québec solidaire ».

Âgé de 19 ans, M. Verreault estime que Québec solidaire doit favoriser l'implication des jeunes en politique active. « Les récentes décisions de l'establishment du parti ne vont certainement pas dans ce sens », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !