•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de nageurs à la piscine de Témiscaming

Une piscine intérieure.

La piscine de Témiscaming

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Depuis que la piscine de Ville-Marie est fermée, certains groupes ont décidé de se tourner vers celle de Témiscaming. C’est le cas de l’Association de parents d’enfants handicapées du Témiscamingue.

Deux fois par mois, l’Association des parents d’enfants handicapées (APEHT) se rend à Témiscaming pour son activité de natation.

Pour eux, comme pour d'autres, le contact avec l'eau a plusieurs bienfaits. Tout le côté sensori-moteur, c’est important. On a des personnes qui sont autistes. Elles ont de la difficulté à bien sentir leur corps donc l’eau, ça les enveloppe. Tout ce qui touche aussi la coordination pour les problèmes physiques. Dans l’eau, ils ne les sentent pas. Ils oublient leurs problèmes, leurs maux, énumère la coordonnatrice de l’APEHT, Tania Rouillier.

Déplacements coûteux

Les coûts de transport sont importants pour l'association. On parle de 1647 $ pour 3 mois, sans compter les frais de location de piscine, qui s’élèvent à 100 $ la séance.

75 % des coûts de transport sont toutefois assumés par l’organisme Le Baladeur. Nous, on ne fait pas payer plus les participants, car ce n’est pas de leur faute. Eux paient le même montant, mais pour nous, il faut travailler un peu plus pour trouver des subventions, car on a un coût de transport supplémentaire, ajoute la coordonnatrice de l'APEHT.

Pour les participants, les deux heures de route à parcourir pour pouvoir nager ne sont pas un obstacle.

Un bâtiment indiquant Hôtel de ville et Centre récréatif.

Le Centre récréatif de Témiscaming

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La piscine de Témiscaming est munie d’un lève-personne et d’un escalier adapté pour les personnes à mobilité réduite.

C’est le fun, ça fait une activité. Ça permet de chasser les mauvaises pensées. En même temps, c’est à chacun ses limites. On s’amuse dans l’eau, on fait des jeux, se réjouit François Lemire, un des participants.

Légère hausse de fréquentation

À la Ville de Témiscaming, on rapporte que quelques personnes, dont des groupes scolaires, ont réservé des plages horaires au courant de l’année.

Le Club de natation Exotem de Ville-Marie, pour sa part, prend une pause. Les nageurs ne se sont pas inscrits à des compétitions cette année.

Abitibi–Témiscamingue

Société