•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phénix : des syndicats feront pression sur le prochain gouvernement pour rattraper les ratés

Reflet de la tour de la Paix du Parlement à Ottawa

Reflet de la tour de la Paix du Parlement à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Deux syndicats de la fonction publique fédérale ont soutenu au lendemain des élections fédérales, mardi, qu'ils feront pression sur le prochain gouvernement minoritaire de Justin Trudeau pour régler les problèmes de Phénix, le système de paye défaillant des fonctionnaires fédéraux.

La vice-présidente exécutive de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard, a reconnu qu'un gouvernement minoritaire entraînerait une instabilité politique, mais qu'il forcerait un exercice de démocratie plus grand .

Elle croit que cette configuration politique contraindra le prochain gouvernement à s'entendre avec ses employés et avec l'AFPC sur des dédommagements en ce qui a trait à Phénix et des conventions collectives qui sont respectables.

La présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Debi Daviau, a garanti qu'elle continuera à faire pression pour remplacer le système de paye.

Phénix est une priorité absolue pour nos membres : nous devons rester concentrés sur le développement d’un système qui paye correctement et à temps les fonctionnaires, a-t-elle fait savoir par voie de communiqué. Nous souhaitons nous remettre au travail rapidement et faire en sorte que ce projet reste prioritaire.

L'IPFPC, qui compte 60 000 membres, souhaite également réduire les coûts et le gaspillage liés à la sous-traitance par des consultants au gouvernement et obtenir des ressources nécessaires pour les scientifiques publics du Canada.

Notre dossier Élections Canada 2019

Des fonctionnaires interrogés par Radio-Canada à la Place du Portage se sont dits satisfaits des résultats des élections fédérales.

Ça a suivi des résultats que j’attendais. Dans notre circonscription à Hull—Aylmer, on a Greg Fergus qui est pas mal actif. Donc on s’attendait à ce qu’il puisse continuer son travail, a réagi Jean-Pascal Tapa.

Pour sa part, Mario Dubé s'est dit content qu'il n'y ait pas de changement de gouvernement et qu'à l'avenir des alliances soient faites pour protéger l'environnement. J’ai des enfants et la planète, on en a juste une, on ne peut pas la remplacer. Il faut agir maintenant, a-t-il conclu.

Avec les informations de Yasmine Mehdi et d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale