•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune femme ne représentera Windsor-Essex à la Chambre des communes

La Tour de la Paix du Parlement du Canada. Des drapeaux du Canada flottent dans le vent.

Contrairement à la tendance nationale, les femmes ont disparu du paysage politique fédéral dans la région de Windsor-Essex.

Photo : getty images/istockphoto / Vladone

Radio-Canada

Un nombre record de femmes représenteront les Canadiens à la Chambre des communes lors de la prochaine législature. Bien qu’encore loin de la parité, 96 des 338 circonscriptions électorales canadiennes sont maintenant représentées par des femmes. Cependant, aucune d’entre elles ne se trouve dans la région de Windsor-Essex.

Dans les quatre circonscriptions locales, seuls des hommes ont été élus. Les candidates néo-démocrate et libérale d’Essex, Tracey Ramsey et Audrey Festeryga, la néo-démocrate de Windsor–Tecumseh Cheryl Hardcastle et la libérale Sandra Pupatello de Windsor-Ouest ont perdu leurs élections.

D'après la politologue de l’Université de Windsor Lydia Miljan, ce n’est pas le sexe des candidates qui explique leur défaite.

Dans toutes ces courses, les femmes ont exceptionnellement bien fait. C’est plutôt la campagne nationale dans son ensemble qui a influencé les résultats locaux. Ce n’est pas parce qu’elles étaient des femmes qu’elles n’ont pas été élues, mais plutôt parce qu’elles représentaient un parti qui perdait des plumes, souligne-t-elle.

Une femme sourit dans un local universitaire. Un groupe d'étudiants discutent derrière elle.

La politologue de l'Université de Windsor estime que les candidates régionales n'ont pas perdu leurs élections parce qu'elles étaient des femmes.

Photo : Tahmina Aziz/CBC

L’ancienne candidate dans la circonscription provinciale de Windsor–Tecumseh Remy Boulbol éprouve des sentiments partagés face aux résultats électoraux.

On n’a pas de femme qui représente celles qui constituent 51 % de la population de Windsor-Essex, déplore-t-elle. Nous n’avons pas de voix à la table de décision, et c’est décourageant.

Remy Boulbol.

Remy Boulbol se désole du manque de représentativité féminine.

Photo : Radio-Canada

Bien que Remy Boulbol estime que les candidats élus, tels qu'Irek Kusmierczyk et Brian Masse, sont des défenseurs des femmes, ils ne peuvent remplacer la présence d’une femme.

Ils sont certainement des alliés, mais ce n’est pas pareil. C’est toujours difficile pour les femmes de se présenter, et j’espère que ces [résultats] vont susciter une discussion. Nous avons des choses à faire, soutient-elle.

Pour Nour Hachem-Fawaz, présidente et fondatrice de Build-A-Dream, un organisme qui encourage les femmes à poursuivre des carrières non traditionnelles, c’est important de reconnaître le manque de représentation féminine, mais c’est aussi important de choisir le meilleur candidat.

Une femme est débout à l'extérieur. Elle répond aux questions d'un journaliste.

Nour Hachem-Fawaz dit qu'après avoir vu la politicienne Sandra Pupatello prononcer un discours sur scène, elle a été inspirée à devenir une leader.

Photo : Dale Molnar/CBC

« C’est un processus démocratique. Ce sont les électeurs qui choisissent. C’est peut-être décevant, mais je suis optimiste et j’espère que plus de femmes vont se lancer dans la course, ce qui augmenterait leurs chances d’être élues », affirme-t-elle.

Nombre de femmes élues par parti :

  • Parti libéral du Canada : 50 sur 157 députés
  • Parti conservateur du Canada : 22 sur 121 députés
  • Nouveau Parti démocratique: 9 sur 24 députés
  • Bloc québécois: 12 sur 32 députés
  • Parti vert: 2 sur 3 députés
  • Indépendante: 1

Windsor

Politique fédérale