•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nom de George Jay pourrait être retiré de l'école nommée en son honneur

L'École George-Jay.

L'ancien président du conseil d'administration du district scolaire du Grand Victoria aurait mis en place des politiques racistes.

Photo : Twitter/Fernwood NRG

Radio-Canada

Le nom de l'école primaire George-Jay, à Victoria, en Colombie-Britannique, pourrait bientôt changer. Les politiques raciales et ségrégationnistes de l’ancien président du conseil d'administration de l’école qui porte son nom soulèvent des questions, explique le président actuel, Jordan Watters.

Dans les années 1920, les étudiants chinois de l'école ont été placés dans des bâtiments isolés. M. Jay, qui a été en poste de 1907 à 1934, ciblait les étudiants chinois pour passer des tests de langue et aurait également refusé d'embaucher des ouvriers chinois pour construire de nouvelles écoles.

D'autres établissements scolaires ont connu récemment des changements similaires.

En 2017, deux écoles de Vancouver ont été renommées pour refléter les communautés autochtones. En juin 2019, la Commission scolaire de Vancouver a retiré de l’École bilingue un panneau à la mémoire de Cecil Rhodes, un politicien et un magnat colonial qui a exploité les diamants en Afrique australe à l'époque de l'Empire britannique.

L'avis du public recherché

Le district scolaire du Grand Victoria invite le public à se prononcer sur la question. Ceux qui le désirent ont jusqu’au 31 octobre pour indiquer, dans un sondage en ligne, s’ils sont en faveur ou non du changement de nom de leur école.

Une décision devrait être prise d'ici la fin de l'année scolaire, assure M. Watters.

Avec les informations de CBC

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation