•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante compte sur les appuis qu'a reçus la ligne rose à Ottawa

Mme Plante se tient devant un lutrin.

Valérie Plante a fait part de sa réaction à l'élection fédérale, mardi matin.

Photo : Radio-Canada

Isabelle Maltais

L'élection d’un gouvernement minoritaire à Ottawa a été l'occasion pour Valérie Plante de réitérer l’importance qu’elle accorde au développement du transport en commun dans la métropole, mardi matin.

Je me réjouis clairement que les deux partis [libéral et néo-démocrate] se soient prononcés en faveur de la ligne rose. C’est une [occasion] que j’ai l’intention de saisir, a dit la mairesse de Montréal devant les journalistes.

Mme Plante pense que l’élection d’un gouvernement minoritaire, bien qu’il puisse complexifier les choses au Parlement à Ottawa, pourrait peut-être permettre à Montréal de faire valoir plus facilement ses priorités.

Comme tous les partis veulent posséder la balance du pouvoir, je pense que ça amène son lot de discussions intéressantes pour une ville comme Montréal, a-t-elle lancé.

La mairesse s’est donc dite prête à collaborer avec le nouveau gouvernement pour faire avancer nos enjeux communs, mais aussi avec toutes les parties en présence. Elle affirme notamment avoir hâte de discuter avec le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui portera la voix du Québec à Ottawa grâce à ses 32 sièges, bien qu’un seul de ceux-ci se trouve sur l’île de Montréal.

Moi, ce que je veux, c’est que Montréal avance. Il faut se rappeler l’importance de Montréal sur l’échiquier, a-t-elle souligné.

Par ailleurs, l’élection de deux nouveaux députés libéraux dans l’est de Montréal – Steven Guilbeault dans Laurier–Sainte-Marie et Soraya Martinez Ferrada dans Hochelaga – pourrait être, selon la mairesse, une très belle occasion à saisir afin que le gouvernement fédéral soit plus impliqué dans le développement de l’est.

Mme Plante souhaite tirer profit de l'importance du sujet de l'environnement durant la campagne fédérale. Elle affirme vouloir saisir « toutes les [occasions] » dans ce domaine, notamment la promesse des libéraux de planter deux milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années.

Valérie Plante a aussi réaffirmé son intention de construire des logements abordables dans la métropole et a pressé Ottawa et Québec de s’entendre sur les sommes allouées à l’habitation.

Moi, ce que je veux, c’est que Québec et Ottawa retournent à la table [des négociations] et trouvent une entente, parce qu’ailleurs au Canada, les sommes sont allouées [au] logement et ici, à Montréal, on ne les a toujours pas, a-t-elle déploré.

Grand Montréal

Politique municipale