•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Vienneau a heurté délibérément l'agent Bulger avant d'être abattu, selon la GRC

Larry Wilson accompagné d'un autre policier.

Larry Wilson, un enquêteur à la retraite de la GRC de la Nouvelle-Écosse, a dirigé l'enquête policière externe sur l'opération qui a mené à la mort de Michel Vienneau, en janvier 2015.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

L'enquête indépendante de la GRC a conclu que Michel Vienneau a heurté avec sa voiture l'agent Patrick Bulger avant que son confrère, Mathieu Boudreau, ne l'abatte à la gare de Bathurst, en janvier 2015.

Les tirs des agents étaient justifiés dans les circonstances, conclut le rapport.

Larry Wilson, l’agent de la GRC qui a dirigé l’enquête sur l’intervention policière mortelle à la gare de Bathurst, a pris la barre des témoins, mardi matin, lors des audiences d’arbitrage sur la conduite de Boudreau et de Bulger dans cette affaire.

Larry Wilson était à ce moment-là directeur des services de renseignements criminels à la GRC de la Nouvelle-Écosse. Il dit avoir reçu un appel le 12 janvier et avoir appris que son équipe serait chargée de l’enquête sur l’intervention qui a coûté la vie à Michel Vienneau, soupçonné à tort de transporter de la drogue, à la suite d'appels à Échec au crime.

Comme des policiers étaient impliqués, l’enquête devait être menée par une force policière distincte de celle à laquelle appartenaient les agents Boudreau et Bulger, la force policière de Bathurst.

Les policiers Mathieu Boudreau (à gauche) et Patrick Bulger écoutent les délibérations aux audiences d'arbitrage à Bathurst.

Les policiers Mathieu Boudreau (à gauche) et Patrick Bulger, aux audiences d'arbitrage qui détermineront leur sort.

Photo : CBC

Le but de l’enquête, a-t-il expliqué, était de déterminer s’il y avait lieu de déposer des accusations criminelles en lien avec les tirs mortels et si la force utilisée était appropriée, compte tenu des circonstances.

Son rapport a conclu que Michel Vienneau n’avait rien à se reprocher et a débouché sur des accusations d’homicide involontaire et de voies de fait armées contre les deux policiers. Ces accusations ont par la suite été abandonnées au terme de l’enquête préliminaire.

Après une discussion entre les avocats des différentes parties, le rapport de Larry Wilson a été déposé en preuve aux audiences d’arbitrage, mardi.

Un autre témoignage concorde avec le rapport

Le policier Larry Matchett, affilié à l’unité de renseignements intégrés de la Force policière de Bathurst de 2009 à 2017, a offert un témoignage qui concorde avec la conclusion du rapport, mardi.

La journée de la mort de Michel Vienneau en janvier 2015, le M. Matchett était sur place à la gare de Bathurst en compagnie de l’équipe policière.

Il dit se souvenir d’avoir vu la voiture banalisée de Patrick Bulger et Mathieu Boudreau bloquer la route à Michel Vienneau, qui venait de mettre sa voiture en marche. Il a ensuite vu le policier Patrick Bulger sortir de la voiture et se tenir quelques instants plus tard debout devant la voiture de M. Vienneau, à environ 15 pieds de celle-ci.

M. Vienneau aurait ensuite appuyé sur l’accélérateur, en direction du policier Patrick Bulger. Larry Matchett rapporte avoir vu Bulger tenter d’éviter la voiture de Michel Vienneau, tomber, puis se relever. C’est à ce moment que la voiture de Michel Vienneau aurait frappé un banc de neige.

Larry Matchett indique qu’il aurait stationné sa voiture derrière celle de Michel Vienneau pour s’assurer que personne ne bouge. Ce n’est qu’en s’approchant du conducteur qu’il s’est rendu compte que des coups de feu avaient été tiré en direction de Michel Vienneau.

Des policiers en civil

Lors de leur contre-interrogatoire, les avocats des policiers se sont attardés aux conclusions du rapport. Outre le fait que Michel Vienneau n’était impliqué dans aucune activité criminelle, le rapport avance qu’il ne savait peut-être pas que les deux hommes qui ont tenté de l'intercepter à la gare de Bathurst, le 12 janvier 2015, étaient des policiers.

La voiture de la victime près de la gare est recouverte d'une toile bleue.

Michel Vienneau a été abattu lors d'une opération policière à la gare de Bathust, au Nouveau-Brunswick, en janvier 2015.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les deux agents étaient habillés en civil; seul un insigne autour du cou les identifiait comme policiers. Larry Wilson a toutefois reconnu que cette identification discrète n’est pas inhabituelle pour des agents d’infiltration.

Le rapport de la GRC conclut également que même si les deux policiers se trouvaient à bord d’une voiture banalisée, des gyrophares avaient été activés sur ce véhicule au moment de l’interception. En contre-interrogatoire, Larry Wilson a toutefois déclaré que ces gyrophares mobiles n’étaient pas particulièrement visibles et que des phares clignotants à l’avant de la voiture banalisée ne fonctionnaient pas au moment de l’intervention.

Patrick Bulger menacé

Autre constatation clé dans le rapport : le véhicule de Michel Vienneau a heurté délibérément l’un des policiers, Patrick Bulger. Ce point n’était pas clairement ressorti lors des témoignages entendus jusqu’ici lors des audiences.

Michel Vienneau a été abattu à la gare de Bathurst en janvier 2015.

Selon les témoignages entendus, Michel Vienneau a pris peur en voyant deux hommes qui n'étaient pas clairement identifiés comme policiers tenter de l'intercepter à la gare de Bathurst. Il aurait accéléré avec sa voiture et mis en danger la vie de l'agent Patrick Bulger.

Photo : Contribution : famille Vienneau

Le rapport précise également que la voiture de Michel Vienneau ne souffrait d’aucun défaut mécanique et que Patrick Bulger, selon son témoignage aux enquêteurs de la GRC, a tiré une fois vers l’un des pneus du véhicule pour tenter d’arrêter sa course.

Son collègue Mathieu Boudreau a ensuite tiré quatre fois vers le véhicule de la victime pour l’empêcher d’écraser son partenaire, atteignant mortellement Michel Vienneau.

Selon les témoignages entendus jusqu’ici, Michel Vienneau a tenté d’échapper aux deux hommes qui tentaient de lui couper le passage, dans le stationnement de la gare de VIA Rail à Bathurst, et sa voiture a fini sa course dans un banc de neige.

Un appendice au rapport principal de Larry Wilson conclut que Mathieu Boudreau a tiré sur Michel Vienneau pour sauver la vie de Patrick Bulger et que ses actions étaient donc justifiées.

Malgré tout, un enquêteur externe a déterminé que les policiers n'avaient pas respecté leur code de déontologie, notamment en ce qui concerne l'utilisation de leurs armes, et a recommandé leur congédiement. L'arbitre Joël Michaud devra trancher au terme de ces audiences qui se poursuivront toute la semaine.

Le rapport de Larry Wilson n'a jamais été rendu public. CBC a demandé à y avoir accès, une demande refusée pour l'instant par l'arbitre Michaud, qui craint que la divulgation de certaines information n'influence de futurs témoins.

Le témoignage de l'enquêteur s'est terminé en fin de matinée mardi. D'autres policiers doivent prendre la barre en après-midi.

D'après les informations de François Vigneault et de Shane Magee, CBC

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre