•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc québécois, un allié des francophones hors Québec pour la FCFA

Jean Johnson est en entrevue dans la rotonde à La Cité.

Le président de la FCFA, Jean Johnson, espère pouvoir compter sur l'appui du Bloc québécois pour faire avancer le dossier de la modernisation de la Loi sur les langues officielles. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

En entrevue à l'émission Y a pas deux matins pareils, sur les ondes de Radio-Canada, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), Jean Johnson, a dit que le chef du Bloc québécois pourrait s'avérer un allié important pour les francophones hors Québec.

Le parti a en effet effectué une remontée spectaculaire à la Chambre des communes lundi soir en passant de 10 à 32 députés élus.

Pendant la campagne, Yves-François Blanchet avait apporté son appui aux francophones hors Québec estimant qu'ils devraient jouir de la même qualité de services que les anglophones au Québec. Le commissaire aux langues officielles, pour bien faire son travail, doit ramener la notion de réciprocité, avait-il dit.

Je vous dis, M. Blanchet va figurer beaucoup dans nos stratégies également.

Jean Johnson, président de la FCFA

Pour moi, il s'est identifié comme un allié important pour nous, alors je pense qu'il ne faut pas laisser passer cette opportunité d'avoir cette conversation avec lui et voir comment est-ce que lui peut devenir un levier et un champion pour faire avancer les dossiers de la francophonie surtout sur la modernisation de la Loi, a affirmé M. Johnson.

Yves-François Blanchet avait aussi promis de moderniser la Loi sur les langues officielles, un dossier prioritaire pour la FCFA qui traîne trop au goût de Jean Johnson. La Loi sur les langues officielles a 50 ans et le gouvernement libéral a déjà mené des consultations sur sa modernisation.

On va relancer M. Trudeau dès cette semaine. On va le relancer sur cette question-là. Nous on s'attend à ce que le projet de loi soit présenté à la Chambre des communes d'ici les prochains six mois, a affirmé M. Johnson. La consultation a été faite de fond en large [...] Ce processus-là, à notre avis, est terminé donc on passe à la prochaine étape.

Jean Johnson a aussi déploré le manque de services en français lors du scrutin lundi. Il raconte que lorsqu'il est arrivé à son bureau de vote, il s'est heurté à un « Sorry, I don't speak French ». Il va falloir relancer Élections Canada pour qu'ils fassent un bien meilleur travail, a-t-il ajouté.

Toronto

Politique fédérale