•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Vandal réélu avec 42 % des votes dans Saint-Boniface

Daniel Vandal est en compagnie de son épouse Brigitte Léger.

Daniel Vandal, réélu dans Saint-Boniface, est en compagnie de sa femme, Brigitte Léger.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michelle Borduas

Radio-Canada

Le libéral Daniel Vandal obtient un deuxième mandat en récoltant 42 % des voix dans Saint-Boniface-Saint-Vital, où sa principale adversaire, la conservatrice Réjeanne Caron, a récolté 32 % des votes.

Heureux de sa réélection, Daniel Vandal n’est pas mécontent de voir la fin de la campagne électorale. « C’est une campagne qui a duré très longtemps, il me semble », lance le député, qui se dit triste de voir partir trois de ses collègues libéraux du Manitoba.

Daniel Vandal souligne ses priorités pour son retour à Ottawa. « Je veux travailler avec pas juste notre parti, mais les autres partis pour essayer d’améliorer l’environnement, les soins de santé, c’est là où je vais concentrer mes efforts et je suis confiant qu’on va faire de belles choses », dit-il.

Il ajoute qu’il attribue sa victoire à la qualité de ses bénévoles, qu’il remercie pour leur travail.

De son côté, si Réjeanne Caron est déçue des résultats, elle se félicite de l’immense travail accompli par ses bénévoles lors de la campagne. Elle ajoute que le fait de ne pas être connue lui a certainement rendu la tâche plus difficile.

Trois personnes sont en interaction dans la photo, dont la candidate défaite, Réjeanne Caron.

La candidate défaite Réjeanne Caron n'exclut pas la possibilité se se présenter à nouveau dans quatre ans. En arrière-plan, François Catellier, qui avait été candidat en 2015.

Photo : Radio-Canada

« Je suis une policière et une mère, et je n’ai jamais été élue auparavant. Ça se peut que ça ait joué un rôle, mais on a quand même cogné à 30 000 portes », dit-elle.

Son père, Louis Wenden, se dit fier de la campagne de sa fille. « On est un peu déçu mais je crois que ma fille a très bien fait. Elle s’est dévouée pendant un an et demi pour le Parti conservateur. Personne ne la connaissait. J’ai la chair de poule juste à penser combien elle a travaillé fort. »

Il espère que sa fille se présentera de nouveau aux prochaines élections. Une idée que cette dernière ne rejette pas. « Peut-être qu’on se retrouvera dans cette situation dans deux ans », conclut-elle.

Manitoba

Politique fédérale