•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en force du Bloc québécois dans l’Est-du-Québec

Yves-François Blanchet tient haut dans les airs la main de sa conjointe.

Yves-François Blanchet célèbre avec sa conjointe lors de son discours de victoire.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Laurence Royer

Comme ailleurs dans la province, le Bloc québécois a effectué une remontée dans l’Est-du-Québec. Le parti a remporté l’élection fédérale dans trois des cinq circonscriptions de la région.

À l’exception de la circonscription de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, où le député sortant conservateur Bernard Généreux est réélu avec une importante avance, le Bloc québécois a fait d’importants gains dans l’Est-du-Québec.

Sur la Côte-Nord, Marilène Gill a été réélue pour un deuxième mandat avec une grande majorité dans la circonscription de Manicouagan. Selon l’analyste politique Jean-François Fortin, le travail réalisé par la députée pendant son dernier mandat a contribué à sa réélection avec une forte majorité.

Elle a réussi à bien faire connaître les préoccupations du Bloc québécois et les préoccupations de la région à Ottawa. Elle a une habileté à rendre accessibles et compréhensibles les enjeux de sa région. Son côté syndicaliste a été un atout dans cette campagne-là.

Dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, le candidat libéral Rémi Massé a été défait par la candidate bloquiste Kristina Michaud. Selon Jean-François Fortin, même si la candidate du Bloc québécois avait moins d’expérience que le libéral, elle a réussi à montrer qu’elle connaissait bien les enjeux de la région.

Le député sortant du NPD dans Rimouski-Neigette—Témiscouata-Les Basques depuis 2011, Guy Caron, a lui aussi été défait par Maxime Blanchette-Joncas du Bloc québécois.

Le Bloc québécois a aussi effectué une importante remontée en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. En milieu de nuit, la députée sortante libérale Diane Lebouthillier et le candidat bloquiste Guy Bernatchez attendaient toujours le résultat final du vote puisqu'un bureau de scrutin n'avait toujours pas été dépouillé, mais les résultats donnaient à ce moment une avance de plus de 600 voix à Diane Lebouthillier.

Notre dossier Élections Canada 2019

Pourquoi une telle remontée?

Jean-François Fortin croit qu’en plus de la qualité des candidats bloquistes qui se sont présentés dans la région, l’historique politique de l’Est-du-Québec permet aussi d’expliquer la remontée du Bloc québécois.

Avant la vague orange de 2011, les circonscriptions de l’Est-du-Québec ont majoritairement été remportées par le Bloc québécois depuis 1993, soit depuis que le parti se retrouve sur le bulletin de vote des électeurs.

En 2011, quatre des cinq circonscriptions de la région ont été gagnées par le Nouveau Parti démocratique. À l’élection suivante, en 2015, le Bloc québécois a repris sa place sur la Côte-Nord, mais les libéraux et le Parti conservateur ont réussi des percées dans la région.

Selon Jean-François Fortin, ce passé bloquiste de la région et la performance du parti à l’échelle nationale rendaient les circonscriptions de l’Est-du-Québec beaucoup plus susceptibles d’être conservées ou remportées par le Bloc québécois.

L’influence du Parti québécois ainsi que l’appui du Syndicat des Métallos ont aussi eu un impact sur les résultats du scrutin dans la région, ajoute Jean-François Fortin.

Plus de pouvoir à Ottawa

Depuis 2015, le Bloc québécois occupait 10 sièges à Ottawa. Le parti en occupera maintenant 32. Grâce à cette augmentation, il est désormais un parti reconnu et il forme la deuxième opposition à la Chambre des communes.

Les députés bloquistes élus dans l’Est-du-Québec feront donc partie d’une formation qui sera plus forte à Ottawa, selon Jean-François Fortin.

Ça va permettre aux députés de notre région d’avoir une bonne tribune et des sphères d’influence qui leur donneront beaucoup plus de pouvoir dans le prochain mandat.

Avec un plus grand nombre de députés, le Bloc québécois pourra aussi profiter d’une plus grande place dans l’espace médiatique, selon Jean-François Fortin.

Il ajoute que le Bloc québécois pourrait aussi profiter d’un gouvernement minoritaire pour exercer son influence à Ottawa.

Carte électorale

Tableau de bord électoral

Suivez les courses de votre choix, apprenez où sont les luttes serrées, regardez la soirée électorale en direct avec Patrice Roy

Côte-Nord

Élections fédérales