•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti vert conserve ses sièges et fait une percée historique en Atlantique

La formation d'Elizabeth May est assurée de compter trois députés à la Chambre des communes.

Elle lève la tête vers un écran.

Elizabeth May a regardé les résultats de la soirée électorale, à Victoria, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / CHAD HIPOLITO

Valérie Boisclair

Elizabeth May s’est réjouie de voir le Parti vert obtenir ses meilleurs résultats lors d’une élection fédérale. En plus de réussir à protéger les deux sièges qu'ils détenaient à la Chambre des communes, les verts ont réalisé un gain au Nouveau-Brunswick, du jamais-vu dans l'histoire du parti.

La chef des verts a obtenu la confiance des électeurs de Saanich–Gulf Islands, en Colombie-Britannique, pour une troisième fois, avec plus de 15 000 voix d'avance sur son vis-à-vis conservateur. Le député sortant Paul Manly, qui avait été élu lors d'une partielle fédérale en mai dernier, a de son côté conservé la circonscription de Nanaimo-Ladysmith.

Les deux députés verts retrouveront donc leur place à la Chambre des communes, où ils devront travailler, en compagnie d'une nouvelle collègue, avec un gouvernement libéral minoritaire.

La lutte continuera. Nous ne sommes pas déçus […] Un gouvernement minoritaire, c’est tellement mieux qu’un gouvernement majoritaire!, a lancé Mme May en fin de soirée devant des partisans réunis à Victoria, en Colombie-Britannique.

Prenez bien note : ce sont les meilleurs résultats jamais obtenus dans l'histoire du Parti vert, a-t-elle déclaré. S'il est vrai que le parti n'a jamais fait élire autant de députés au Parlement, il avait déjà obtenu une plus importante part du vote populaire en 2008, mais il ne comptait aucun candidat élu.

De l'avis de Mme May, les vrais vainqueurs de ces élections sont le Bloc québécois et le Parti vert, qui ont pu faire des gains malgré les votes des progressistes grugés, selon elle, par le Nouveau Parti démocratique. Nous avons doublé notre vote populaire et triplé le nombre de députés, a-t-elle souligné.

Lors des élections de 2015, le Parti vert avait fait élire un seul député et obtenu 3,5 % des voix. Selon les résultats préliminaires, il aurait cette fois-ci gagné une part de 6,4 % du vote populaire.

Mais c'est en Atlantique que les verts ont créé la surprise, en faisant élire Jenica Atwin dans la circonscription de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, une première dans l'histoire du parti. Les libéraux se sont ainsi fait ravir un siège, la candidate verte étant arrivée avec plus de 1200 voix devant la candidate du Parti conservateur, Andrea Johnson.

Ne célébrez pas trop, nous avons du pain sur la planche, a plaisanté Elizabeth May à l'endroit des deux autres députés verts.

Notre dossier Élections Canada 2019

Se félicitant d'être désormais le premier parti de l'histoire du Parlement canadien à être composé « aux deux tiers de femmes », Elizabeth May a salué le travail de son équipe au Québec, dont les candidats Pierre Nantel et Daniel Green, qui n'ont pas été élus. Vous avez travaillé si fort. C'est seulement la base pour une prochaine fois.

La chef du Parti vert a aussi souligné le travail accompli par son vis-à-vis du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui a réalisé d'importants gains au Québec et ainsi diminué l'emprise des libéraux dans la province.

Un peu plus tôt dans la soirée, la chef du Parti vert avait jugé avoir mené une bonne campagne, en offrant aux Canadiens un discours différent de celui tenu par les autres chefs des partis fédéraux. Elle a affirmé qu'elle n'en était pas du tout à sa dernière campagne.

Je veux rester députée de Saanich–Gulf Islands pour plus longtemps que 2023, a dit Mme May.

Mais maintenant que la formation compte trois députés, d'autres pourraient être appelés à la remplacer à la tête du parti, a-t-elle évoqué.

Politique fédérale

Politique