•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bloquiste Kristina Michaud est élue dans Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia

La nouvelle députée fait un discours devant ses partisans.

Kristina Michaud est la nouvelle députée dans Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Joane Bérubé

Le député libéral sortant Rémi Massé doit maintenant céder la place à la bloquiste Kristina Michaud, portée par une vague bleue au Québec.

Kristina Michaud a été élue avec plus de 51 % des voix. Son principal rival, le député libéral sortant Rémi Massé, a quant à lui récolté un peu plus 33 % des votes. Tôt mardi matin, il restait encore encore deux bureaux de scrutin à comptabiliser.

La jeune femme de 26 ans, qui est l'une des plus jeunes députés à faire son entrée à la Chambre des Communes, explique sa victoire en grande partie par la campagne passée à rencontrer de nombreux électeurs sur le terrain. Je pense que ça a été une formule gagnante dès le départ de montrer qu'on est transparents, près des gens sur le terrain, qu'on répondait présents à toutes les activités, qu'on était là.

Je pense que les gens ont su se reconnaître là-dedans. Dans une nouvelle offre aussi, une offre qui était peut-être rassembleuse et dynamique.

Kristina Michaud, députée Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

Le candidat libéral et député sortant, Rémi Massé, affirme que son bilan était irréprochable et qu'il a travaillé avec ardeur et détermination pour la circonscription.

Le libéral s'attendait par contre à une lutte beaucoup plus serrée. Son équipe et lui n'anticipaient pas une aussi bonne performance de la part du Bloc québécois dans la circonscription. Moi je ne l'ai pas senti sur le terrain. Et je le dis bien sincèrement. J'ai vu les chiffres des sites d'analyse de projection, et on n'y croyait pas.

Une chaude lutte

Le libéral avait été élu député en 2015 avec 39,5 % des voix à la faveur de la vague rouge qui avait alors déferlé sur le pays.

Rapidement, au dépouillement du scrutin, la candidate du Bloc québécois Kristina Michaud a pris la tête et l’a conservée.

Le candidat du parti de Justin Trudeau et sa plus proche rivale bloquiste ont tous deux mené une rude campagne de terrain.

Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia remportée par le Bloc québécois

C’était deux machines électorales bien huilées qui se sont affrontées.

La candidate du Bloc québécois a pu compter sur l’appui de la machine du Parti québécois.

La candidat élue serre un homme âgé dans ses bras.

Kristina Michaud remercie un de ses partisans

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Il s’agit d’une équipe électorale bien rodée. Plus d’une centaine de bénévoles étaient à l’œuvre dans les quatre MRC durant la journée du scrutin pour s’assurer que les électeurs avaient voté.

Une partie de la circonscription Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia englobe d’ailleurs celle du député provincial et chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Kristina Michaud, 26 ans, était attachée politique de M. Bérubé au moment de faire le saut en politique fédérale et avait ouvertement indiqué miser sur les forces indépendantistes de sa circonscription pour se faire élire.

Une femme souriante assise à une table.

L'ancienne députée de la Matapédia attend les résultats avec les partisans de Kristina Michaud.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le succès de la campagne du chef du Bloc, Yves-François Blanchet, a aussi donné des ailes aux bénévoles, indique la présidente de l’organisation bloquiste, Francine Héon. On a été porté par l’ampleur que le Bloc prenait, semaine après semaine.

Kristina Michaud, qui se décrit comme féministe et environnementaliste, a promis de s’attaquer au déclin démographique et d’améliorer la couverture cellulaire.

Mme Michaud devient la première femme élue députée fédérale dans la circonscription, qui a toutefois été modifiée au fil des ans. Elle est aussi la plus jeune.

Un bar avec des gens qui discutent.

Les partisans de Kristina Michaud écoutent les résultats en attendant la candidate bloquiste qui doit arriver un peu plus tard dans la soirée.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Défaite libérale

Par ailleurs, Rémi Massé a souvent rappelé durant la campagne que son parti était le seul qui pouvait faire barrage à l’élection d’un gouvernement conservateur.

Son parti formera effectivement le prochain gouvernement, mais M. Massé ne sera plus à la table des élus.

Rémi Massé enlace un de ses partisans

Rémi Massé n'a pas pu résister à la vague bleue

Photo : Radio-Canada

Son équipe, dit-il, a travaillé fort. Il pouvait compter sur un bon groupe de bénévoles présents dans les quatre MRC de la circonscription, ajoute-t-il.

Cela n’aura pas été suffisant.

Le député sortant se dit content des résultats des libéraux en Atlantique. On pensait que ce serait un peu plus difficile.

M. Massé affirme être fier du travail réalisé au cours des quatre dernières années. On a travaillé fort, sept jours sur sept pendant quatre ans, pour donner à la région le développement qu’elle méritait.

Le candidat défait a aussi chaleureusement remercié son équipe.

Ancien député de la circonscription et enseignant en politique au cégep de Rimouski, Jean-François Fortin estime que c’était une victoire prévisible.

L’appui de Pascal Bérubé, dit-il, a été déterminant dans la campagne compte tenu de la grande efficacité de son équipe terrain. C’est sans doute une défaite amère pour le député sortant qui croyait avoir fait un bon travail.

M. Fortin note que c’est un retour du Bloc québécois dans la circonscription qui a déjà été détenue par le parti et où on trouve un bon terreau nationaliste.

Carte électorale

Tableau de bord électoral

Suivez les courses de votre choix, apprenez où sont les luttes serrées, regardez la soirée électorale en direct avec Patrice Roy

Retour dans le giron du Bloc québécois

En excluant la MRC d'Avignon, la circonscription était en effet détenue par le Bloc québécois depuis 1993 avant de passer aux mains des libéraux lors des dernières élections.

L’ex-bloquiste, député sortant et fondateur du parti Forces et démocratie, Jean-François Fortin, était venu brouiller les cartes en 2015 en remportant 11,6 % des votes et en divisant le vote bloquiste.

Kédina Fleury-Samson du Bloc québécois était tout de même arrivée bonne deuxième avec 21 % de la faveur des électeurs, presque à égalité avec Joël Charest du Nouveau Parti démocratique (NPD), qui avait réussi à récolter 20,2 % des voix.

Conseiller municipal à Sainte-Luce, Rémi-Jocelyn Côté, qui se présentait sous la bannière du Nouveau Parti démocratique, n’aura pas pu faire mieux avec moins de 10 % des votes.

M. Côté arrive même derrière la candidate Natasha Tremblay du Parti conservateur du Canada (PCC) qui a fait une campagne très discrète. La jeune étudiante en droit arrive au troisième rang, très loin cependant des deux meneurs.

Avec 2 % des voix en soirée, le candidat du Parti vert, James Morrisson, semblait faire juste un peu mieux que lors du dernier scrutin où son parti avait recueilli 1 % du suffrage.

Un total de 11 936 électeurs, soit près d’un électeur sur cinq, se sont présentés aux urnes lors du vote par anticipation.

Quelque 36 772 votants (60 %) sur une possibilité de 60 890 électeurs inscrits ont participé au scrutin en 2015 dans Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Élections fédérales