•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

André Pratte quitte le Sénat

André Pratte.

André Pratte avait été nommé sénateur par le premier ministre Justin Trudeau le 18 mars 2016.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ancien journaliste André Pratte a présenté sa démission comme sénateur le 10 octobre dernier, dans une lettre qu’il a rendue publique lundi sur Twitter.

Dans cette lettre transmise à la gouverneure générale, Julie Payette, il dit avoir constaté qu’il n’avait pas les aptitudes et la motivation nécessaires pour accomplir sa tâche de sénateur.

Il précisait par ailleurs que sa démission prendrait effet le 21 octobre à 21 h 30, soit la date et l’heure de la fermeture des bureaux de vote au Québec.

Ainsi, ma démission ne pourra constituer une distraction, aussi petite soit-elle, dans le cours de la campagne électorale , ni ne pourra être interprétée comme une réaction au résultat des élections, quel qu’il soit.

André Pratte, ex-sénateur indépendant

Je ne voulais pas non plus l’annoncer plusieurs jours après le résultat parce que là ça aurait été perçu comme une réaction aux résultats, soit parce que les libéraux sont minoritaires ou que les conservateurs sont là. Bref, je voulais sortir de l’élection correctement […] c’est pour ça que je l’ai fait hier à la fermeture des bureaux de vote, a expliqué André Pratte mardi sur les ondes de l'émission Tout un matin.

Questionné par l'animateur Patrick Masbourian sur les raisons qui l'ont poussé à se retirer de la Chambre haute, André Pratte a affirmé qu'il ne trouvait pas sa place dans un contexte aussi partisan.

J’ai réalisé au cours des dernières années à quel point le Sénat demeure malgré tous les efforts qui sont faits une institution politique partisane, a-t-il déploré. Maintenant il y a de plus en plus de sénateurs indépendants, mais on reste dans un contexte partisan où l’opposition s’oppose à tout et le gouvernement veut tout faire adopter sans aucun changement.

Ce qui pose problème, c’est la discipline de parti. Quand on fait face à une discipline de parti très forte d’un côté, l’autre côté tend à se braquer lui aussi.

Pour quelqu’un qui comme moi recherche le plus d’indépendance et d’objectivité possible, c’est difficile de fonctionner dans un contexte comme celui-là.

André Pratte, ex-sénateur indépendant

Bien qu'il ait terminé sa lettre de démission en invitant l'institution à poursuivre ses efforts de modernisation visant à en faire une chambre plus efficace et moins soumise à la discipline de parti, André Pratte a expliqué au micro de Radio-Canada qu'il reste énormément de chemin à faire et qu'il se demandait s'il avait assez de motivation pour poursuivre encore plusieurs années dans un tel contexte.

Je vois mal dans un contexte de gouvernement minoritaire comment le gouvernement pourrait être encore plus ouvert à être à l’écoute du Sénat.

J’ai 62 ans, j’ai encore des projets d’avenir et je ne me voyais pas fonctionner encore 4, 5, 6, 7 ans dans ce genre de contexte.

André Pratte, ex-sénateur indépendant

André Pratte a été nommé sénateur par le premier ministre Justin Trudeau le 18 mars 2016.

Diplômé de l'Université de Montréal en 1980, André Pratte a entamé une carrière en journaliste peu de temps après.

Il a commencé à se faire connaître au quotidien La Presse, il a mené une longue carrière pour finir comme éditorialiste en chef jusqu'en 2015.

Parallèlement à sa carrière de journaliste, André Pratte a participé à des groupes de réflexion comme L'Idée fédérale (Réseau québécois de réflexion sur le fédéralisme).

Il a été également signataire du manifeste Pour un Québec lucide, en 2015, avec Lucien Bouchard et d'autres personnalités québécoises.

Le désormais ex-sénateur est également auteur de plusieurs livres, dont Biographie d'un discours : Wilfrid Laurier à Québec, le 26 juin 1877, publié en 2017.

Politique fédérale

Politique