•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BQ reprend Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Harold LeBel donne une tape d'encouragement à Maxime Blanchette-Joncas lors du rassemblement bloquiste à Rimouski.

Le candidat élu de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques Maxime Blanchette-Joncas en compagnie du député péquiste de Rimouski, Harold LeBel, lors de la soirée électorale.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Julie Tremblay

Le Bloc québécois vient de reconquérir la circonscription Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques.

Le candidat bloquiste, Maxime Blanchette-Joncas, a réussi à déloger le député sortant, le néo-démocrate Guy Caron, auxquels les électeurs avaient fait confiance pendant deux mandats, à la suite de la vague orange de 2011. M. Caron a récolté 28,5 % des voix, soit 10 % de moins que le candidat élu.

Wow! Ça y est, c'est fait, on l'a eue! , s'est écrié M. Blanchette-Joncas lorsque son élection a été confirmée.

On est partis de loin, on a travaillé fort, d'arrache-pied. [...] Aujourd'hui, on envoie un message très fort à Ottawa. L'Est-du-Québec, le Bloc québécois également, revient en force et on va s'assurer de défendre les intérêts de la région, les consensus québécois à Ottawa.

Maxime Blanchette-Joncas, candidat élu dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

L'élection de M. Blanchette-Joncas marque le retour du Bloc dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, une circonscription qui avait été représentée pendant 17 ans par ce parti avant l'élection de Guy Caron pour le NPD.

Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques prend les couleurs du Bloc québécois

Je tiens à souligner les huit dernières années de M. Caron. Il peut partir la tête très haute, c'est une personne que je respecte et qui avait beaucoup de rigueur dans ses dossiers, a affirmé le candidat élu.

Notre dossier Élections Canada 2019

De son côté, Guy Caron, qui sollicitait un troisième mandat, a salué l'équipe qui l'a accompagné pendant huit ans et a dit respecter le choix des électeurs, même si les résultats obtenus à l'issue du scrutin ne sont pas ceux qu'il aurait espérés.

Guy Caron prononce un discours après que la victoire a été accordée à son rival du Bloc québécois, Maxime Blanchette-Joncas.

Le néo-démocrate Guy Caron après que la victoire a été accordée à son rival du Bloc québécois, Maxime Blanchette-Joncas.

Photo : Radio-Canada

Je ne sais pas quel sera mon futur. Honnêtement, je pense que je vais pouvoir profiter de quelques fins de semaine que je n'ai pas eues dans le passé... passer plus de temps en famille , a affirmé M. Caron, visiblement ému.

Le candidat défait a ajouté qu'il respectait son adversaire bloquiste, mais qu'il s'est battu contre un parti dont la popularité grandissante allait au-delà des frontières de la circonscription.

J'ai senti, durant la campagne, que mon opposant était vraiment Yves-François Blanchet. [...] Il a réussi à faire lever le Bloc québécois des profondeurs où il était. Ça aussi on doit le respecter, j'avais peu de possibilités de pouvoir contrecarrer ce qu'il disait.

Guy Caron, candidat néo-démocrate défait

Pour sa part, la libérale Chantal Pilon a refusé d'accorder une entrevue à Radio-Canada lors de la soirée électorale. Elle est arrivée en troisième place, derrière M. Blanchette-Joncas et M. Caron.

Les libéraux se sont rassemblés au bureau de campagne de la candidate Chantal Pilon pour suivre la soirée électorale.

Les libéraux se sont rassemblés au bureau de campagne de la candidate Chantal Pilon pour suivre la soirée électorale.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Carte électorale

Tableau de bord électoral

Suivez les courses de votre choix, apprenez où sont les luttes serrées, regardez la soirée électorale en direct avec Patrice Roy

Les candidats Nancy Brassard-Fortin (Parti conservateur), Jocelyn Rioux (Parti vert), Pierre Lacombe (Parti populaire) et Lysanne Picker-Paquin (Parti rhinocéros) ont également tenté de se faire élire dans la circonscription. Ils ont cependant obtenu moins de 10 % des suffrages.

Avec la collaboration de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Élections fédérales