•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaincu dans sa circonscription, Maxime Bernier lance un message d'espoir à son parti

Maxime Bernier a parlé devant ses supporteurs après l'annonce de sa défaite en Beauce.

Maxime Bernier a parlé devant ses supporteurs après l'annonce de sa défaite en Beauce.

Photo : Radio-Canada

Audrey Paris

Le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, a perdu son pari. Les électeurs de la circonscription de Beauce ont élu son rival du Parti conservateur du Canada (PCC), Richard Lehoux, mais Bernier ne compte pas abdiquer.

Richard Lehoux l'emporte avec une avance considérable de 6045 voix.

Les électeurs de la Beauce n'ont donc pas permis à l'ancien député conservateur d'accéder à son cinquième mandat. Bernier tentait pour la première fois de se faire élire en tant que chef du PPC.

Devant ses supporteurs en Beauce, Maxime Bernier a prononcé un discours d'espoir pour son parti.

Ce que nous avons fait n'a pas été fait en vain, a-t-il déclaré en parlant à ses militants. Nos candidats ont fait preuve de courage et d'une passion remarquable. Et ils l'ont fait malgré les attaques honteuses de nos adversaires.

Il a ensuite affirmé que son parti est celui qui a grandi le plus vite dans l'histoire du pays. Le système de péréquation brisé, les politiques dépensières, les taxes, tous ces problèmes que nous avons soulevés ne disparaîtront pas.

On va continuer à se battre. Je vais continuer à faire vivre le parti et à me représenter en Beauce.

Maxime Bernier

À propos de l'immigration, un élément important de la plateforme de son parti, Maxime Bernier a souligné que les membres du PPC pourront continuer de défendre leur vision sur la scène fédérale.

Nous serons là pour critiquer et apporter de meilleures solutions, nous serons plus forts la prochaine fois, ce n'est qu'un début, a-t-il soutenu vers la fin de son discours.

Le PPC a obtenu au moins 279 333 votes à travers le pays.

Une lutte qui était à surveiller

Avant de claquer la porte du Parti conservateur, il avait été élu sans interruption depuis 2006.

Il a été ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Industrie dans le gouvernement de Stephen Harper.

En 2015, il a été élu avec 20 468 voix devant Adam Veilleux, du Parti libéral du Canada, qui représentait encore ce parti cette année.

C'est en septembre 2018 que Maxime Bernier a annoncé la création de son parti, le Parti populaire du Canada. En un an, le parti a réussi à présenter des candidats dans plus de 315 des 338 circonscriptions du pays.

Des pancartes électorales de Richard Lehoux et Maxime Bernier

La lutte s'annonçait serrée en Beauce.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Son adversaire, Richard Lehoux, est un ex-président de la Fédération québécoise des municipalités, ancien maire de Saint-Elzéar et ancien producteur laitier.

Maxime Bernier s'est fait remarquer au cours des dernières années en critiquant ouvertement le système de gestion de l'offre en agriculture.

Ils ont choisi un ex-producteur laitier justement pour défendre le cartel de l'UPA et non pas pour travailler pour l'ensemble des Beaucerons. C'est ça, le débat en Beauce, a-t-il affirmé au tout début de la campagne.

Lors de la course à la direction du Parti conservateur du Canada, les agriculteurs du Québec s'étaient d'ailleurs associés pour nuire à la campagne de Maxime Bernier, au profit de l'actuel chef des conservateurs, Andrew Scheer.

Peu après sa défaite à la course à la direction du parti, Maxime Bernier a remis sa démission. C'est ensuite que le PPC est né.

Ce parti n'a pas encore élu de candidat au pays.

Contre les campagnes de salissage

Samedi dernier, le Globe and Mail a dévoilé qu’une entreprise ontarienne de communication politique a créé une campagne sur les médias sociaux dans le but de déstabiliser le PPC, le tout dans le but de mieux faire paraître les conservateurs.

Ce que Maxime Bernier a vivement critiqué. Son parti a d’ailleurs porté plainte auprès du commissaire aux élections fédérales contre les agissements du Parti conservateur du Canada (PCC).

L'ancien politicien Gilles Bernier et père de Maxime Bernier.

L'ancien politicien Gilles Bernier et père de Maxime Bernier

Photo : Radio-Canada

En entrevue à Radio-Canada avant l’annonce de la défaite de son fils, Gilles Bernier a soutenu que le candidat local du PCC aurait payé pour qu’un candidat nommé Maxime Bernier se présente lui aussi en Beauce.

Ça a été orchestré par le parti conservateur, et par le candidat local, qui sont allés chercher un Bernier à Montréal, a-t-il affirmé. Ça n’aide pas, surtout pour les personnes âgées qui ont de la difficulté à lire.

La veille du lancement de la campagne, le Parti rhinocéros a annoncé que son candidat dans la circonscription de Beauce se nomme Maxime Bernier.

Ce parti a récolté 1072 voix, soit 1,8 % du vote, dans la circonscription de Beauce.

Répartition des votes en Beauce

  • Richard Lehoux, PCC : 22 817 votes
  • Maxime Bernier, PPC : 16 772 votes
  • Guillaume Rodrigue, BQ : 8355 votes
  • Adam Veilleux, PLC : 6895 votes
  • François Jacques-Côté, NPD : 1799 votes

*242 bureaux de scrutin sur 242

Québec

Politique fédérale