•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diane Lebouthillier réélue avec une avance de 637 voix

Une femme enlace un homme

Diane Lebouthillier à l'annonce de sa réélection

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La députée libérale sortante a résisté à la renaissance du Bloc québécois et a maintenu son avance.

Le maire de Mont-Louis aura mené une lutte coriace avec sa rivale, tous deux s’échangeant à plusieurs reprises la première place. Tard dans la nuit, les résultats officiels n'étaient toujours pas tombés, mais la députée libérale sortante semblait voguer vers la victoire avec une majorité de seulement 637 voix.

La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine sortent au final divisées entre deux tendances, la bleue et la rouge. Chacun des candidats ayant emporté plus de 40 % des voix.

Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine reste libérale

Lors de son élection en 2015, avant d’être nommée ministre du Revenu dans le cabinet de Justin Trudeau, Diane Lebouthillier l’avait emporté avec 38 % des suffrages et une majorité de 2460 voix.

Carte électorale

Tableau de bord électoral

Suivez les courses de votre choix, apprenez où sont les luttes serrées, regardez la soirée électorale en direct avec Patrice Roy

Elle a donc augmenté ses appuis, mais la bataille a été beaucoup plus rude.

Tout au long de la campagne, celle qui avait gagné un siège de préfète par une seule voix, n’a eu cesse de répéter que chaque vote compte. Elle n’aura jamais eu autant raison.

Ex-député fédéral et enseignant en politique au cégep de Rimouski, Jean-François Fortin note que la députée avait un bon bilan. Elle a aussi réussi à faire une bonne campagne terrain, ce qui a permis de contrer l’avancée du Bloc québécois.

Deux photos  ; à droite Diane Lebouthillier et à gauche : Guy Bernatchez, tous deux écoutent les résultats.

Diane Lebouthillier et Guy Bernatchez ont attendu fébrilement toute la soirée les résultats finaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat-Bruno Lelièvre

La région a aussi une bonne tradition libérale, ajoute-t-il, notamment dans la Baie-des-Chaleurs.

M. Fortin souligne que Mme Lebouthillier provient aussi du secteur le plus populeux de la Gaspésie. Ce qui a pu aider, relève-t-il.

À l’inverse, Guy Bernatchez, qui vient du secteur nord de la Gaspésie, devait se faire connaître dans le secteur sud de la région.

Le maire de Mont-Louis a aussi fait une bonne campagne, note M. Fortin, mais cela a été, au final, une bataille d’équipe électorale.

M. Bernatchez a pu compter sur l’appui de la députée provinciale de Gaspé, la péquiste Méganne Perry-Melançon. Il admet toutefois qu'il a mené une campagne avec peu de moyens.

Un homme debout avec une feuille à la main.

Le candidat Guy Bernatchez a remercié son équipe et ses partisans avec émotion.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Il se dit fier des résultats. Je peux sortir de cette belle aventure, la tête haute. Il y a de belles victoires au Québec. Je suis content pour eux, j’aurais aimé les accompagner à la Chambre des communes.

La soirée en fut une, dit-il, d’émotions en montagnes russes. J'ai mené une belle campagne. Je n’ai pas de regrets, ajoute celui qui se dit bien content de remettre ses chaussures de maire.

M. Bernatchez s’interroge toutefois sur le long délai d’attente avant d'obtenir les résultats finaux, lors de la soirée électorale.

Lutte à deux

Par ailleurs, le vote dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine est bien volage. Depuis 35 ans, la circonscription a envoyé à Ottawa un député conservateur, un néo-démocrate, deux bloquistes et trois libéraux.

C’est le député sortant de l’époque, le néo-démocrate Philip Toone, qui était arrivé deuxième en 2015 avec 32,5 % des votes.

Ces appuis se sont envolés face à la lutte à deux qui s’annonçait entre la députée sortante et le candidat bloquiste. La candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD) Lynn Beaulieu aura récolté moins de 5 % des appuis.

Notre dossier Élections Canada 2019

C’était la seconde campagne électorale du candidat du Parti conservateur du Canada, Jean-Pierre Pigeon. Celui qui se dit bleu avec un peu de vert en raison de ses convictions environnementales avait récolté seulement 6,1 % des appuis en 2015. Il est arrivé troisième cette fois, avec près de 8 % des suffrages.

Le candidat du Parti vert, Dennis Drainville, est un ancien militant du NPD qui a fait le saut dans le parti d’Elizabeth May afin de mieux combattre les changements climatiques. Son parti avait remporté 1 % du vote lors du dernier scrutin. Il termine la course électorale avec 2,9 %.

La circonscription compte aussi un candidat du Parti populaire du Canada (PPC), Éric Hébert. Le géologue, qui vit à Murdochville, estime que la population devrait miser sur la technologie pour lutter contre les changements climatiques. Il termine avec près de 0,5 % des suffrages.

Le candidat du Parti Rhinocéros, Jay Cowboy, à même mieux fait que le PPC dans la circonscription, avec près de 0,9 % des votes.

La circonscription comptait 65 783 électeurs en 2015. Près de 61 % des électeurs de la Gaspésie s’étaient alors prévalus de leur droit de vote.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Élections fédérales